Agevillage

Réforme des successions

Le garde des Sceaux, Pascal Clément souhaite qu’elle entre en vigueur en 2007


Partager :

Le garde des Sceaux Pascal Clément a indiqué qu'il souhaitait que le projet de loi portant réforme du droit des successions, qu'il a présenté mercredi 29 juin en Conseil des ministres, «entre en vigueur avant l'été 2007». «Le projet de loi sera déposé sur le bureau de l'Assemblée nationale pour être examiné dès l'automne. Je souhaite que cette réforme entre en vigueur avant l'été 2007», a déclaré le ministre de la Justice lors d'une conférencede presse à la Chancellerie.Cette réforme est celle que l’ex-ministre de la Justice, Dominique Perben, avait présenté à l’occasion du congrès des notaires à Nantes lundi 2 mai. al

LES PRINCIPALES MESURES

  • Améliorer les délais de transmission du patrimoineLes principales modifications portent sur les conditions d’acceptation de l’héritage. L’avant projet instaure un délai de 4 mois après le décès pour permettre à l’héritier d’opter. A l’expiration de ce délai, les créanciers de la succession, les héritiers de rang subséquent et l’Etat pourront le sommer de prendre position. Concernant le délai de prescription de l’option, l’avant projet le diminue de 30 à 10 ans.
  • Une meilleure sécurité juridique pour les héritiersEn contrepartie de cette mesure, les héritiers pourraient revenir sur leur acceptation par l’intermédiaire de la procédure dite ’’ d’acceptation à concurrence de la valeur de l’actif ’’ (qui succède à la procédure du ’’sous bénéfice d’inventaire’’). Les mécanismes de cette option sont simplifiés afin de permettre aux héritiers d’y recourir plus facilement. Les héritiers ayant accepté la succession à concurrence de la valeur de l’actif ne seront pas tenus du passif sur leurs biens personnels. En contrepartie, les créanciers de la succession pourront être préférés sur les biens de la succession.S’agissant de l’acceptation pure et simple, le projet prévoit que les héritiers pourront demander à être décharger d’une dette qu’ils avaient de juste raison d’ignorer, si son paiement avaient comme conséquence d’obérer gravement leurs patrimoines.Par ailleurs, le projet envisage la possibilité pour les héritiers d’accomplir des actes de gestion courante sur le patrimoine du défunt avant l’acceptation de la succession.
  • Une évolution des règles de l’indivisionLe projet tend également à faire évoluer les règles de l’indivision. Actuellement, les actes d’administration de l’indivision successorale nécessitent l’accord de tous les indivisaires. Désormais, l’unanimité ne sera plus requise pour les décisions liées à l’indivision. La majorité des deux tiers suffirait pour les actes d’administration et de disposition liés à l’indivision.
  • La valorisation des accords à l’amiableL’avant projet de réforme cherche à promouvoir les pactes successoraux, dont l’objectif majeur est de permettre aux héritiers réservataires de renoncer par avance à tout ou partie de leurs réserves. En pratique, il sera possible d’avantager un héritier par rapport aux autres, comme un enfant handicapé, ou le repreneur de la propriété et de l’entreprise familiale (pacte de renonciation à la réserve). Techniquement, l’héritier signataire du pacte renoncera par avance à exercer l’action en réduction contre les libéralités faites par le défunt et portant atteinte à sa part de réserve.La mise en œuvre de ces pactes successoraux nécessitera l’accord de l’héritier et de celui dont il a vocation à hériter.
  • La sécurisation de la détermination des héritiersAfin de sécuriser la détermination des héritiers et d’accélérer le règlement des successions par la connaissance plus rapide de ces derniers, il pourrait être prévu la mention en marge de l’acte de naissance du défunt des enfants qu’il a déclarés ou reconnus devant l’officier de l’état civil. Par ailleurs la dissimulation volontaire de l’existence d’un cohéritier pour être sanctionner par les peines du recel.
  • La création d’un régime d’administration de la successionLes héritiers pourraient se mettre d’accord pour désigner l’un d’entre eux ou un tiers pour administrer la succession. En cas de mésentente des héritiers, de carence ou de faute de l’un d’entre eux dans l’administration de la succession, un mandataire successoral pourra être désigné par le tribunal de grande instance afin d’administrer la succession. L’avant projet consacre également les mandats posthumes, qui pourront être donné par le défunt à un tiers aux fins de gérer les biens successoraux lorsque ceux-ci nécessitent une certaine aptitude que n’ont pas les héritiers (ex : transmission d’une entreprise en présence d’héritiers mineurs, enfants handicapés…).
  • Elargissement du champ d’application des donations partageAutre évolution majeure de l’avant projet de loi, l’élargissement du champ des donations partage pour mieux prendre en compte la réalité des familles recomposées.L’avant projet de loi vise à étendre les donations partage au-delà des descendants et à permettre les donations partage au sein des familles recomposées.L’évolution du régime de la donation partage vise également à permettre les donations partage aux petits enfants, avec l’accord des enfants, afin que ceux-ci puissent se constituer un patrimoine. Cette mesure permettrait la prise en compte par le droit positif du vieillissement de la population qui fait parfois intervenir une donation à une époque où les enfants ont déjà acquis une situation stable.Ces dispositions pourraient ainsi faciliter les règlements anticipés des successions.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -