Agevillage

L'institut Montaigne salue les hôpitaux privés à but non lucratifs

Performance économique et solidarité


Partager :

Au moment où paraît l'étude du Conseil économique et social (CES) sur l'hôpital publicqui stipule que "l’hôpital public est victime de son succès mais aussi de sa désorganisation", l'Institut Montaigne publie son analyse des privés à but non lucratifs (PNL).Les hôpitaux à but non lucratifs sont 868 en France, soit 28 % des 3000établissements français.Certains de ces établissements font partie des plus réputés selon l'enquête duPoint (Palmarès des hôpitaux 2004).Issus des secteurs associatifs, mutualistes et congrégationnistes, ils sont très peu connus du grand public et tendent à régresser (- 20 % des lits en10 ans.)D'où le titre de la note de l'Institut Montaigne : l'Hôpital Invisible.Or, selon ces experts, ces "privés à but non lucratifs : (PNL) allient gestion privée (personnels sous statut privé), service public et absence de profits.Ils sont aussi performants sur le plan économique qu’en terme de solidarité.Aux Pays-Bas, ils représentent 86 % des établissements, 60% aux États-unis.(page 28)Vers un regain de ces établissements en France, dont le ratio qualité/prix serait le meilleur ?Le Pr Guy Vallancien de l'Institut Mutualiste Montsouris (Paris 14e) liste leurs avantages :> fexibilité du privé pour motiver et éventuellement sanctioner> pas de carcan de la comptabilité publique(investissements en nouveaux matériels médicaux possibles "rapidement")> but non lucratif : médecins salariés sans honoraires libres...> vers un intéressement des inidividus aux résultats?> Note de l'Institut Montaigne> Lien vers la FEHAP : fédération nationale des étbalissements hospitaliers sanitaireset sociaux à but non lucratifsSource Annuaire-sécu



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -