Agevillage

Le plan prévoit une explosion des besoins d'hébergement

Philippe Bas privilégie le maintien à domicile


Partager :

Le gouvernement souhaite développer la politique d'aide au maintien à domicile des personnes âgées dépendantes et demandera au Commissariat général du Plan d'étudier un scénario en ce sens, a annoncé mardi 12 juillet le ministère délégué à la Sécurité sociale.

Dans une étude réalisée à la demande du gouvernement et rendue publique mardi 12 juillet, le Commissariat général du Plan estime qu'il faudra 340.000 à 620.000 places en maison de retraite à l'horizon 2025, contre 406.000 aujourd'hui, selon la politique retenue et l'évolution de la population concernée. Parmi ces scénarios, le ministre délégué à la Sécurité sociale Philippe Bas «souhaite développer les politiques d'aides au maintien à domicie», déclare le ministère dans un communiqué.«C'est en effet la solution qui répond le mieux aux attentes de nos concitoyens et aux aspirations des personnes âgées, dès lors que leur sécurité et leur autonomie peuvent être assurées.» Philippe Bas reçoit mercredi à 15h00 le commissaire général au Plan, Alain Etchegoyen. Il lui demandera «d'approfondir avant l'automne l'étude d'un scénario correspondant à cette politique volontariste de maintien à domicile» des personnes dépendantes.Le ministère précise cependant que les créations de places en maisons de retraite médicalisées seront poursuivies parallèlement au développement du maintien à domicile. «Il s'agit en effet de deux modes de prise en charge complémentaires» , explique-t-il. «En ouvrant des sections pour l'accueil de jour ou l'hébergement temporaire des personnes âgées, les établissements apporteront à celles-ci et à leurs familles les moyens de prolonger le maintien à domicile. »Cette politique s'intègrera au plan «vieillissement et solidarité» lancé à la suite de la canicule d'aot 2003, qui a précipité la mort de près de 15.000 personnes âgées. Dans son étude, le Commissariat général du Plan estime qu'il y aura en 2025 en France 805.000 à 920.000 personnes dépendantes de plus de 75 ans, contre 657.000 à 682.000 en 2005.En 2004, 406.200 places en maisons de retraite et en unités de soins de longue durée étaient occupées par des personnes âgées de plus de 75 ans, ce qui représente en termes de personnel 185.000 personnes en équivalent temps plein (ETP).Un scénario étudié par le Commissariat est fondé sur le développement de l'accueil en établissement des personnes âgées les plus dépendantes. Dans ce cas, les besoins en places en établissement seraient de 488.000 à 519.000 en 2015 et de 563.000 à 623.000 en 2025, selon l'hypothèse retenue pour l'évolution du nombre de personnes dépendantes.Cela supposerait une nette augmentation du nombre de personnes travaillant dans ce type d'établissement, dont les effectifs varieraient de 254.000 à 355.000 ETP à l'horizon 2025. Le renforcement de la politique de maintien à domicile permettrait, selon un autre scénario du Commissariat du Plan, de réduire le nombre de places en établissement pour les personnes de plus de 75 ans de 6% à 16% par rapport à aujourd'hui. Les besoins ne seraient plus que de 340.000 à 381.000 places et, en termes de personnel, de 153.000 à 217.000 ETP. En revanche, le nombre des aides à domicile pourraient atteindre 164.000 à 472.000 ETP selon les variantes, contre environ 95.000 aujourd'hui.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -