Agevillage

Malgré le papy boom

Trop peu d'aides à domicile pour les vieux Franciliens


Partager :

L'Ile-de-France souffre d'un manque criant d'aides à domicile alors que,plus qu'ailleurs en France, les habitants de cette région âgés de 75 ans et au-delà vivent chez eux, souligne l'Atlas de la Santé en Ile-de-France, publié vendredi 23 septembre.

La préfecture de Paris, la direction des affaires sociales et de la région IDF et de nombreux organismes concernés par la santé ont unis leurs efforts pour produire l’Atlas de la santé d’Ile de France. Ce document constate l’insuffisance des structures et met en garde contre le vieillissement attendu de la population (papy boom), qui va accroître les besoins dans les années à venir, il met l'accent également sur les disparités territoriales.On comptait 1,8 million de Franciliens de 60 ans et plus en 1999, rappelle l'Atlas, selon lequel la région vieillit, mais à un rythme moindre que celui de la province. Le vieillissement est plus sensible dans la grande couronne. En IDF (11 millions d'habitants), 92% des personnes âgées de 75 ans et plus vivent chez elles, généralement en bonne santé et autonomes, mais une part, croissante avec l'âge, souffre d'incapacités physiques ou psychiques les empêchant de réaliser certains actes de leur vie quotidienne : entretien du logement, courses, préparation des repas, démarches administratives, toilette.En 2001, un programme régional de santé, spécifique aux personnes âgées (PRS), a été mis en place. De plus à côté des aides à domiciles, des «soins à domicile» peuvent être dispensés par des infirmiers libéraux ou des services de soins à domicile (Ssiad). Alors que 172 de ces services franciliens interviennent dans 1.216 communes, certaines comptent plusieurs de ces services, tandis qu'une commune sur cinq de Seine-Saint-Denis en est dépourvue. La mise au point en 2002 d'un dispositif de formation a permis de former 159 aides à domicile, soit un tiers des candidats. Cependant, ceux qu'on appelait naguère «aides ménagères» et «auxiliaires de vie» sont trop peu nombreux et très peu formés.L'Ile de France se caractérise aussi par un nombre d'infirmiers libéraux très inférieur à la moyenne nationale: 42,9 pour 100.000 habitants (contre 82,3 en France) et en forte diminution (-7,3 % entre 1997 et 2001 contre +6,2 % au niveau national). Or près des deux tiers de leurs tâches relèvent de l'hygiène, essentiellement pour des personnes âgées.Seul un quart des demandes en matière d'aides à domicile sont satisfaites en IDF, compte tenu de l'offre insuffisante. Avec près de 15 places pour 1.000 personnes de 75 ans ou plus en 2002, l'Ile-de-France est légèrement en retrait du niveau national (15,42 places).



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -