Agevillage

FHF - Maison de retraite

Trouver une place deviendra un «enfer» à partir de 2007


Partager :

Trouver une place dans une maison de retraite va être un «enfer» pour les familles à partir de 2007-2008, a affirmé jeudi 6 octobre la Fédération hospitalière de France (FHF), qui plaide pour une «régulation» des tarifs d'hébergement.

«Nous allons être confrontés à partir de 2007-2008, notamment sur certains territoires, à un véritable enfer quant à la recherche d'une place en maison de retraite» , a déclaré jeudi 6 octobre le délégué général adjoint de la Fédération hospitalière de France (FHF), David Causse, lors de son audition devant la mission de l'Assemblée nationale sur l'évaluation et le contrôle des lois de financement de la Sécurité sociale.M. Causse a invoqué un «choc démographique». «Après la Première guerre mondiale, l'année 1924 a vu une remontée des naissances. Or l'âge moyen de la perte d'autonomie est de 83 ou 84 ans». Un âge que les natifs de 1924 atteindront en 2007/2008, a-t-il expliqué. M. Causse a également évoqué «la pandémie d'Alzheimer», qui toucherait selon lui actuellement entre 600.000 à 800.000 personnes, avec 100.000 nouveaux cas par an.La France compte 420.000 lits en maisons de retraite, 180.000 en «logements-foyer» (logements privés et parties communes) et «80.000 lits de long séjour» (rattachés aux hôpitaux), a précisé M. Causse. La FHF propose «de réguler les tarifs d'hébergement (à la charge de la personne âgée ou de sa famille) anormalement bas ou anormalement hauts». Ces tarifs vont de 38 à 40 euros la journée dans des maisons de retraite publiques en province jusqu'à 100 à 140 euros par jour dans le privé à Paris, selon M. Causse. «L'idée est de prévoir un minimum décent en dessous duquel les conseils généraux ne puissent pas habiliter les tarifs», ainsi qu'un plafond au-delà duquel «on réduit la participation de l'assurance maladie à l'instar des cliniques non conventionnées par la Sécu». Créée en 1924, la FHF, présidée par l'ancien ministre socialiste de la Santé Claude Evin, réunit quelque 1.000 hôpitaux publics et autant de structures médico-sociales (maisons de retraites, etc.), soit la quasi-totalité des établissements du secteur public.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -