Agevillage

Sécurite sociale – assurance vieillesse - retraites

La réforme Fillon couvrirait 60% des besoins en 2050


Partager :

- La réforme Fillon des retraites de 2003 permettra de couvrir l'ensemble des besoins de financement en 2020 mais seulement «60% en 2050» malgré un transfert de cotisation de l'assurance-chômage, selon un pré-rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR) .

Le Conseil d'orientation des retraites (COR) doit débattre, le 10 octobre, de projections financières sur l'avenir de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav). Celle-ci devrait accuser un déficit de 2 milliards d'euros en 2005. Selon les projections établies par le COR, le besoin de financement des régimes de retraites aurait augmenté à 1,7% du PIB en 2020 sans réforme et à 4,3% du PIB en 2050.Sans le transfert provenant de la branche chômage (Unedic), qui devrait s'élever à 0,25% du PIB en 2020 et la contribution des employeurs publics (Etat, collectivités), «la réforme permettrait de financer un peu plus de la moitié du déficit ex ante en 2020 et un peu plus d'un quart en 2050». «En prenant en compte ce transfert et cette contribution, la réforme permettrait de couvrir l'ensemble du besoin de financement en 2020 et 60% en 2050», indique la note du COR.La question des retraites se reposerait ainsi dans moins de quinze ans, alors que le COR a bâti cette hypothèse en retenant le scénario optimiste d'un taux de chômage ramené à 4,5%. «On retiendra que l'impact de la réforme sur la situation financière des principaux régimes de base à l'horizon 2020 (...) serait du même ordre de grandeur que ce qui avait été annoncé au moment de l'élaboration de la loi d'août 2003, un peu plus faible pour le régime de la Fonction publique d'Etat et un peu plus fort» pour les collectivités locales, poursuit le pré-rapport.Le COR relève toutefois que ces projections dépendent d'une «série d'éléments favorables». Avec un taux de chômage de 7%, le besoin de financement serait ainsi de 2,2 points de PIB en 2050. Ce besoin serait même porté à 3% du PIB avec un taux à 9%, soit le taux actuel.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -