Agevillage

Changer le regard sur le handicap

Rassemblements dans toute la France des militants de l’APF


Partager :

«Le handicap et l'origine ethnique arrivent à égalité en tête» (66%)des causes les plus importantes de discrimination en France selon un sondage commandé par l'Association des paralysés de France (APF), qui a lancé mardi 11 octobre une journée d'actions pour «changer de regard» sur les personnes handicapées.

Les militants de l'Association des paralysés de France (APF) sont allés mardi 11 octobre à la rencontre du public dans toute la France, pour le convaincre de «changer de regard» sur le handicap et pour témoigner des discriminations que subissent les personnes handicapées au quotidien. Dans plusieurs villes, ils ont invité les passants à regarder la photo d'une femme en fauteuil roulant, puis à chausser des lunettes faisant apparaître une chaise ordinaire à la place du fauteuil. «On ne voit plus le fauteuil, mais la personne: c'est une manière de sensibiliser l'opinion», a expliqué la présidente de l'APF, Marie-Sophie Desaulle, à la presse. Sur le parvis de l'Hôtel de Ville à Paris, où étaient réunis plusieurs dizaines de militants de l'APF, Odette, 76 ans, en fauteuil roulant depuis un un accident de voiture il y a 25 ans, a confié le poids de certains regards ou de leur absence. «Les gens dans la rue ou dans les transports, parfois par délicatesse, m'ignorent, alors qu'un sourire me ferait plaisir», a-t-elle expliqué. A Lyon, une dizaine d'élus municipaux ont participé, à l'invitation de l'APF, à une découverte de la ville «à hauteur de fauteuil». Ils se sont initiés notamment à franchir des obstacles sur les grandes roues arrière.Dans le Lot et dans les Hautes-Pyrénées, des groupes sont intervenus toute la journée dans des collèges pour y sensibiliser les élèves. A Bordeaux, autour d'un stand de la gare Saint-Jean, une dizaine de personnes handicapées se sont relayées pour témoigner de discriminations dans leur vie quotidienne. «Dans le grand public, il y a des employeurs, des commerçants... Ils sont parfois ceux qui discriminent et on veut les amener à réagir», a indiqué Patrice Tricoteau, directeur des actions nationales de l'APF, qui participait au rassemblement parisien. Pour sensibiliser le public, les militants ont notamment utilisé un film réalisé par l'APF, mêlant témoignages et caméras cachées, et montrant des cas flagrants de discriminations. On y voit des personnes handicapées se voir refuser des crédits ou des offres d'emploi, uniquement en raison de leur handicap. «Votre candidature correspond au poste, mais je préfère prendre une personne non handicapée», se voit par exemple répondre au téléphone Fatima Khallouk, qui circule en fauteuil roulant, par un employeur prétextant que «les clients ne voient pas toujours +ça+ d'un très bon oeil». Les handicapés sont les principales victimes de la discrimination à l'embauche, devant les personnes ayant un nom maghrébin et les personnes de 50 ans ou plus, selon une enquête menée en mai 2004 par la société d'intérim Adia.Les militants de l'APF ont proposé mardi aux passants de signer une pétition «Stop à la discrimination», destinée au Premier ministre et à la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). L'association a demandé à cette Autorité un état des lieux sur les discriminations liées au handicap, ainsi que des propositions pour y mettre fin. «On n'a pas reçu de réponse pour l'instant» , a indiqué Mme Desaulle, qui espère que la mobilisation va accélérer les choses. La présidente de l'APF a également appellé les personnes handicapées victimes de discriminations à engager plus souvent des actions en justice.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -