Agevillage

Alzheimer et troubles cognitifs

Précisions sur la prescription du Reminyl®


Partager :

Le laboratoire Janssen Cilag informe les médecins d’un emploi plus limité du Reminyl sur les malades atteints d’Alzheimer

Le Reminyl®, médicament commercialisé par le laboratoire Janssen Cilag en France ne doit être administré qu'aux personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer dans ses formes légères à modérément sévères .Le 21 Octobre, le laboratoire a écrit aux médecins pour les informer de « données importantes relatives à la sécurité d’emploi de REMINYL®, » un inhibiteur de l’acétylcholinestérase.Le laboratoire indique que deux études cliniques d’une durée de deux ans menées sur des patients « non déments » mais présentant « des troubles cognitifs légers » et un trouble de la mémoire plus important que celui attendu pour leur âge et leur niveau socioculturel, font apparaître des effets secondaires négatifs préoccupants.

  • le taux de mortalité a été significativement plus élevé dans le groupeREMINYL® (1,4%) que dans le groupe placebo (0,3%)
  • le traitement par la galantamine n’a pas démontré de bénéfice dans le ralentissement du déclin cognitif, et n’a pas retardé l’apparition de la démence.
  • Le laboratoire précise aux prescripteurs de respecter scrupuleusement l'indication approuvée pour le Reminyl® : traitement de la maladie d'Alzheimer dans ses formes légères à modérément sévères.Le Reminyl® n'a pas démontré de bénéfices dans d'autre type de démences, ou troubles cognitifs.Dans un communiqué du 24 janvier 2005, l’Agence française de sécurité sanitaire (Afssaps), avait déjà attiré l’attention sur ces deux études qui à l’époque n’avaient pas été rendues publiques. Seuls les résultats avaient été portés à la connaissances des autorités sanitaires. » Ces deux études, dont les résultats n'ont pas été publiés à ce jour, montrent que la galantamine n'a pas allongé le délai de survenue de la démence, et a eu une action semblable au placebo. De plus, l'analyse préliminaire des résultats de ces deux essais montre une fréquence plus importante des décès dans le groupe de patients traité par galantamine (15 décès) comparativement au groupe placebo (5 décès). La cause des décès est variable, mais souvent de nature cardiovasculaire » indiquait l'Afssaps.Résultats de ces études sur www.clinicalstudyresults.org



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -