Agevillage

Préparation de la retraite

Les Français se démobilisent en 2005


Partager :

Les Français épargnent peu en prévision de leur retraite affirme une étude du groupe d'assurance Generali

Les Français font preuve d'une certaine démobilisation autour de la préparation de leur retraite depuis début 2005 avec une stagnation du nombre d'épargnants et même un recul des intentions de le faire, selon l'Observatoire du Cercle des épargnants de la retraite publié mardi 15 novembre.Cette étude semestrielle a été réalisée en partenariat avec l'institut TNS Sofres et le groupe d'assurances Generali. Les Français n'ont pas été plus nombreux à épargner pour la retraite en 2005 qu'en 2004 (respectivement 37% et 36%). En outre en 2005, ils en ressentent moins l'urgence», souligne l'Observatoire. Ainsi, ils étaient 20% en 2004 à vouloir épargner dans l'année pour préparer leur retraite et ne sont plus que 11% en 2005. «Ce moindre sentiment d'urgence touche toutes les tranches d'âge», précise l'étude.Pourtant, 55% des personnes interrogées se disent inquiètes en ce qui concerne la retraite, estimant que c'est une «question qui est toujours sans solution» mais «le contexte socio-économique focalise l'attention des Français sur le court terme», à commencer par le chômage et le pouvoir d'achat. Du coup, ils sont «assez passifs» en termes de comportement et d'information: entre 2004 et 2005, la part des Français qui se tiennent informés sur la retraite a baissé de façon significative (55% en 2005 contre 62% en 2004).59% des personnes interrogées considèrent que, malgré l'arrivée de nouveaux produits destinés à financer la retraite, elles ne disposent pas de solutions adaptées. Elles sont également 59% à privilégier un système mixte associant capitalisation et répartition. Les Français font davantage confiance aux produits traditionnels et privilégient l'assurance vie (49% de ceux qui épargnent et 51% de ceux qui envisagent de le faire). L'étude note la «forte attractivité» en 2005 des comptes sur livret pour lesquels les intentions d'investissement ont augmenté de 11%.Trois critères sont mis en avant par les Français en ce qui concerne l'épargne-retraite: la sécurité (42%), la rente plutôt qu'une sortie en capital (39%) et l'exonération fiscale à la sortie (65%, contre 32% à l'entrée). En ce qui concerne le Plan d'épargne retraite populaire (Perp) créé par la réforme des retraites en 2003, le taux d'équipement n'a pas évolué à 7,8% en 2005, contre 7,5% en 2004. 44% des non détenteurs envisagent d'en souscrire un, contre 48% en 2004.Ils ont surtout été souscrits par des populations «modestes«: 50% des détenteurs sont des ouvriers et des employés; 54% ont un revenu entre 900 et 3.000 euros et 71% ont entre 35 et 54 ans.Cette étude a été réalisée par téléphone du 3 au 8 octobre auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatives n'étant ni retraitées ni préretraitées de 25 ans et plus. > L'observatoire 2005 - dossier de presse (49 pages) :Etude Generali



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -