Agevillage

Aliments anti cholestérol

Les mutuelles remboursent et la FHF proteste


Partager :

- La mutuelle Maaf a proposé une réduction de la cotisation santé contre l'achat de produits anti-cholestérol de la marque Proactiv (groupe Unilever).Le député (PS) de Loire-Atlantique, Claude Evin, a demandé, vendredi 2 décembre, au ministre de la Santé de «faire cesser les publicités»

La mutuelle Maaf Assurances a annoncé l e 29 novembre qu'elle comptait rembourser jusqu'à 40 euros par an, sous forme d'une réduction de la cotisation d'assurance complémentaire santé, les produits présentés comme ayant des propriétés anti-cholestérol de marque Proactiv, appartenant au géant néerlandais Unilever. Le député (PS) de Loire-Atlantique, Claude Evin, a demandé, vendredi 2 décembre, au ministre de la Santé de «faire cesser les publicités» «Récemment pointés du doigt pour les problèmes nutritionnels posés par leurs produits de grande consommation, les industriels de l'agroalimentaire réagissent en se lançant dans le marketing santé», estime M. Evin dans un communiqué.«Le cynisme de cette démarche marketing est intolérable !», déplore M. Evin, président de la Fédération hospitalière de France (FHF). «Moralement condamnable, il apparaît urgent d'examiner comment de telles initiatives pourraient également être juridiquement stoppées», poursuit l'ancien ministre de la Santé. «Dans l'immédiat, je demande au ministre de la Santé (Xavier Bertrand) de faire cesser ces campagnes publicitaires et d'engager une large concertation sur ce sujet avec les associations de consommateurs», indique-t-il. Selon M. Evin, «si ces sociétés agroalimentaires voulaient réellement se préoccuper de santé publique, elles feraient mieux de prêter attention à la qualité nutritionnelle des quantités de produits qu'elles continuent à vendre et dont les teneurs en sucre, en sel ou en matières grasses sont excessives et potentiellement mauvaises pour la santé». «Par ailleurs, ce +coup de pub+ introduit une confusion dangereuse entre alimentation et médication, ces yaourts - dont l'efficacité n'est pas prouvée - ne pouvant en aucun cas être assimilés à des médicaments et donc remboursés», estime M. Evin faisant valoir que «si tel était le cas ils seraient vendus en pharmacie et non en grande surface».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -