Agevillage

Instaurer un bon usage du médicament chez les personnes âgées

Iatrogénèse : 2ème Campagne Nationale


Partager :

Pour la seconde année, les professionnels de santé s’engagent en faveur du bon usage du médicament

La iatrogénèse (pathologie induite par la mauvaise utilisation de médicaments) ferait plus de morts en France que les accidents de la route. "Nous ne disposons pas d’études mais cela représente 10 à 20 % des hospitalisation des personnes de plus de 65 ans", affirme le Professeur Patrice Queneau de St Etienne.En 2004, Santé en Action qui regroupe des syndicats de médecins, de pharmaciens, de chirurgiens-dentistes et de kinés ainsi que les laboratoires pharmaceutiques (Les Entreprises du médicament) et l´hospitalisation privée, a lancé la première Campagne Nationale de prévention destinée à inciter au bon usage du médicament chez les personnes âgées.Un bilan de cette première phase d’action(novembre 2004 à octobre 2005) permet d’affirmer que :- 6 personnes âgées sur 10 ayant déclaré se souvenir de l´action, affirment que cette opération les a incitées à parler davantage de leurs médicaments avec leur médecin et / ou leur pharmacien, ce qui était l´objectif principal de cette première phase.L´action se poursuit en 2006 avec un module de Formation Professionnelle conçu en partenariats avec les organismes de Formation Professionnelle (ACFM, AFML, MGFORM, UTIP, UNAFOC et des organismes indépendants)Ce module en attente d’une validation par le Conseil National de la Formation Médicale Continue sera mis en œuvre sur le terrain dans le cadre de partenariats avec les acteurs institutionnels de formations professionnelles continues et avec le soutien des entreprises du médicament qui en coordonneront la mise en œuvre.Les solutions permettant de limiter la fréquence et la gravité des effets indésirables évitables liés aux médicaments feront l´objet de nouvelles recommandations fin 2006, à l´issue de cette campagne.Des messages radiodiffusés sur France Inter renforceront l´action vers les professionnels de la santé. Ces messages destinés au grand public constituent un engagement de plus pour un bon usage du médicament et une optimisation des soins de la part des entreprises.Seul regret : les instances officielles nationales (comme la CNAM : caisse nationale d'assurance maladie) n'ont pas pris part à la campagne.

Modules de formation professionnelle pluridisciplinaire comme des "cercles qualité"

La formation, en petits groupes, animés par des médecins et/ou pharmaciens formateurs, fonctionne un peu comme des cercles de qualité pour la résolution de problèmes :

  • 1. Vérifier la compréhension des médicaments par le patient, son entourage. Il faut douter de cette compréhension (le contexte de la maladie, de l’accident est souvent difficile, stressant…). Ne pas hésitez à poser des questions
  • 2. Savoir arrêter les traitements inappropriés. Réévaluer annuellement le traitement pour éviter une surconsommation médicamenteuse
  • 3. Hiérarchiser les médicaments selon la règle « bénéfice-risque ». La moyenne du nombre de médicaments journalier ne devrait pas dépasser 5.Le Pr Queneau précise qu’au vu de son état de santé, il prend 6 traitements par jour, et s'en félicite
  • 4. Renforcer la circulation de l’information entre les professionnels de santé. Au sein ou à côté du dossier médical, le dossier "médicaments" sera à développer.
  • 5. Renforcer de la communication ville-hôpital, et personnaliser, "senioriser" les prescriptions hospitalières
  • L'animation de ces modules se fait en petits groupes à partir de cas concrets.Désigner un coupable sur le mauvais usage des médicaments est inutile. Les accidents surviennent souvent lorsqu'une ou plusieurs des "barrières de sécurité" en chaîne défaillent : malade âgé/médecin généraliste/médecins spécialistes/pharmacien/chirurgien dentiste/infirmier(e)/kinesithérapeuthe/entourage...L’idée est d'amener une prise de conscience individuelle ("le médicament n’est pas à prendre à la légère"). Chaque maillon professionnel doit être responsabilisé (de la prescription à la dispensation).Les entreprises du médicament (laboratoires...) vont favoriser l'information sur ces formations.Informations complémentaires :www.le-medicament.comwww/leem.org



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -