Agevillage

Vieillissement – cécité

Une nouvelle thérapie génique pour des maladies de l'oeil rendant aveugle


Partager :

L’introduction dans l’œil du rat de morceaux d’ADN entraîne la production de protéines médicaments. Ce traitement ouvre la voie à un traitement des maladies humaines entraînant la cécité.

Une thérapie génique innovante, testée avec succès chez l'animal, pourrait constituer un moyen de traiter directement l’œil atteint de cécité, dont le nombre augmente avec le vieillissement de la population, selon les travaux de recherches français qui viennent de paraître dans le Faseb Journal, (Federation of American Societies for Experimental Biology (FASEB).Par un traitement rapide et bien toléré, cette nouvelle méthode permet d'assurer une production durable et confinée au globe oculaire de protéines médicaments, évitant les risques liés à une administration par voie générale orale ou injectable). En effet, alors que les injections de protéines thérapeutiques dans le globe oculaire représentent une voie de traitement prometteuse mais mal tolérée par le patient et non dénuée de risques, des chercheurs de l'Inserm et du CNRS viennent de mettre au point une alternative utilisant de faibles champs électriques pour administrer à l'oeil du matériel génétique (ADN) commandant la production d'une protéine thérapeutique.Les équipes de Francine Behar-Cohen (Inserm) et Daniel Scherman (CNRS/Inserm) ont testé ce procédé dit d' «'électrotransfert» sur des rats atteints d'«uvéite», une inflammation des yeux. Le bout d'ADN une fois installé dans un muscle de cil «assurait une production intra-oculaire locale et durable des protéines médicaments». Dans cette expérience, la protéine médicament était une protéine contre l'inflammation (dite «anti-TNF-alpha«). Elle a permis d'amender la maladie des rongeurs. «Ce procédé, qui ouvre de véritables perspectives thérapeutiques pour les maladies cécitantes oculaires, a fait l'objet d'un dépôt de brevet Inserm», indique-t-on à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.Font notamment partie de ces pathologies source de la perte de la vue, des maladies héréditaires de la rétine («dystrophies rétiniennes«), des atteintes observées au cours du diabète ou de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -