Agevillage

Share, une étude sur la perception de la retraite en Europe

La majorité des plus de 50 ans veut quitter le travail «au plus tôt»


Partager :

Plus d'un Français de plus de 50 ans sur deux (57%) souhaite partir en retraite «au plus tôt», une proportion qui n'atteint que 31% aux Pays-Baset 43% en Allemagne, selon l'enquête SHARE 2004 menées dans dix pays européensrendue publique mardi 13 décembre.

Quelque «57% des Français de 50 à 59 ans et qui ont encore un emploi déclarent vouloir partir en retraite le plus tôt possible», indique l'étude SHARE (santé et retraite en Europe), coordonnée par l'Institut de recherches en économie du vieillissement de l'université de Mannheim (Allemagne).Cette opération, initiée en 2002 et conduite en France par l'Insee, est «la première vague de ce qui devrait devenir un Panel européen» axé sur les questions sanitaires et socio-économiques liées au vieillissement. Selon cette enquête, «la proportion de personnes exprimant le souhait de partir le plus tôt possible est croissante du nord au sud de l'Europe, à l'exception de la Suisse».Soixante-sept pour cent des Espagnols souhaitent ainsi partir au plus tôt, de même que 60% des Italiens, 57% des Grecs ou encore 54% des Autrichiens.A contrario, le souhait de partir à la retraite le plus tôt possible n'est partagé que par 31% des Néerlandais, 33% des Suisses, 43% des Allemands et des Suédois et 45% des Danois.Les deux principales motivations à vouloir partir à la retraite le plus tôt possible sont la satisfaction globale au travail, qui «réduit de 14,2 points la probabilité de vouloir partir», et la crainte que des problèmes de santé ne limitent la capacité de travail, qui accroît cette probabilité de 15 points. Mais en définitive, «on ne dégage pas d'explication simple de la plus forte aspiration des seniors français à une retraite rapide», souligne l'enquête. eux-ci portent ainsi un jugement global plus négatif que leurs voisins sur leur travail, avec 88% de satisfaits contre 93% pour la moyenne des autres pays.Quelque 55% des Français estiment en outre recevoir «la reconnaissance» qu'ils méritent pour leur travail, contre 74% dans les autres pays. En revanche, les seniors français ayant un encore un emploi sont moins nombreux à déclarer leur travail pénible physiquement (40% contre 47% de moyenne).De même, la crainte de perdre son emploi n'est pas «spécialement forte» en France (18% contre 23% dans les autres pays).



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -