Agevillage

Caisse nationale d'assurance vieillesse - retraites

Retraites: «il n'y a pas d'engorgement» à la Cnav


Partager :

- La présidente de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) Danièle Karniewicz (CFE-CGC) a affirmé vendredi 6 janvier qu'il n'y avait «pasd'engorgement» dans les services traitant les dossiers de retraite, en réponse aux inquiétudes exprimées par les syndicats face au papy-boom.

«Il n'y a pas d'engorgement à la Cnav et nous sommes à jour en termes de moyens. La hausse de la charge de travail liée au papy-boom avait été bien anticipée, et les effets de ce papy-boom se sont d'ailleurs étalés sur plusieurs années», notamment du fait des nombreux départs anticipés en 2004, a indiqué la présidente de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) Danièle Karniewicz (CFE-CGC) lors d'une conférence de presse tenue vendredi 6 janvier à Paris.Les syndicats FO, CGT, CFDT et CFTC de la Cnav avaient tiré la sonnette d'alarme mardi, arguant d'un «manque d'effectifs criant» notamment dans les agences franciliennes pour traiter les dossiers des départs à la retraite des classes d'âges issues du papy-boom. «C'est tout à fait logique que les salariés se soient sentis sous pression, parce que la réforme des retraites de 2003 a introduit de nombreuses nouveautés, parfois très complexes, et face à des assurés qui sont très exigeants», a concédé la présidente de la Cnav. «Les personnels entendent également dire que 2006 sera une année de départs très importants à la retraite mais de nombreuses personnes sont parties à la retraite anticipée dès 2004 et nous avons accéléré dès 2003 notre plan d'embauches», a-t-elle d'autre part fait valoir.La Cnav a précisé qu'il devrait y avoir environ 630.000 départs à la retraite en 2006 (régime général), contre 598.000 en 2005. En 2004, le nombre de départs avait été de 661.928 contre 530.000 l'année précédente. Concernant le taux d'erreurs dans les dossiers traités, que les syndicats avaient évalué mardi à près de 10%, en raison selon eux d'un outil informatique inadapté aux dossiers complexes, la Cnav a réaffirmé que «moins de 1%» des dossiers comportaient des erreurs au moment de la mise en paiement. Je vous mets au défi de trouver mieux dans le privé», a insisté Mme Karniewicz, qui a dit craindre que des informations infondées sur des erreurs à la Cnav ne «fassent le bonheur des assureurs privés» au détriment du système par répartition.Mme Karniewicz a toutefois mis en cause le gouvernement qui «sort des décrets applicables dès le lendemain», compliquant la tâche des personnels. La Cnav a encore estimé que les gains de productivité liés aux nouveaux outils (sur internet et par téléphone) permettraient de limiter la hausse de la charge de travail.La Cnav a aussi indiqué si le nombre des points d'accueil retraite avait effectivement baissé ces dernières années, comme l'on déploré les syndicats, «l'effectif de proximité (les personnels au contact des assurés) est passé de 14% en 2001 à près de 20% en 2004«.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -