Agevillage

Grande Bretagne – emploi - retraite

Sidney, 91 ans, à votre service au magasin B&Q de Wimbledon


Partager :

- Il a entamé sa troisième carrière à 76 ans. Sidney Prior, conseiller de clientèle au magasin de bricolage B&Q de Wimbledon, au sud-ouest de Londres, espère continuer à travailler «tant qu'il le pourra».

A 91 ans, Sidney Prior, conseiller de clientèle au magasin de bricolage B&Q de Wimbledon, arpente 31 heures par semaine les allées de la grande surface, renseignant les clients dans tous les rayons qu'il connaît par coeur.»Je serais hypocrite de dire que je ne viens pas pour l'argent», dit-il simplement, «mais j'aime venir ici, j'aime travailler et voir les gens». Sid a pris sa retraite à 65 ans de son poste dans une entreprise américaine de machines-outils. «Ils n'ont cotisé qu'assez tard pour les retraites, et ma pension était maigre», se souvient-il. Pour améliorer l'ordinaire, il part travailler pour son neveu grossiste en fruits. «Onze ans après, quand il a décidé de refaire sa vie en Espagne, je me suis trouvé pour la première fois sans travail, à 76 ans. J'ai postulé chez B&Q». Le doyen a été pris parce que la tâche qu'on lui confiait «embête les jeunes» .Pendant trois ans, il a fait et refait l'inventaire des 25.000 références du magasin. «On prend un rayon après l'autre et on scanne tous les prix un par un. Le directeur de l'époque avait la hantise paranoïaque qu'un article soit affiché avec un prix faux», s'amuse-t-il. Au cours des neuf années suivantes, il s'est occupé de la «jardinerie»du magasin, installant chaque jour des centaines de plantes en pots, ou déplaçant des rosiers et des arbustes avec un diable.»Puis j'ai eu 90 ans, et la directrice était inquiète de me voir porter tout cela», reprend Sid. «Ce n'est pas que je ne pouvais plus continuer. J'aurais pu continuer, mais elle m'a demandé de revenir à l'intérieur du magasin. Je suis chargé de clientèle. Les gens sont très gentils». « Je vois pas mal de gens me disant que je suis fou de continuer. D'un autre côté, je vois aussi des retraités qui me disent: +Je vis dans un grand immeuble, je reste assis tout seul toute la journée et je ne vois personne+.»Sid n'a pas de famille hormis son neveu, qu'il va voir chaque année en Espagne. «J'ai de très bons amis et de très bons voisins, ce qui est une chance», dit-il. Le vieux Londonien a été invité par la chambre des Communes à parler aux députés de l'emploi des personnes âgées. «Ils essaient de relever l'âge de la retraite, ce qui est très impopulaire. Je pense que les gens devraient avoir le droit de choisir. Personnellement, j'estime avoir eu beaucoup de chance. Je continuerai tant que je pourrai».En 2004, les collègues du B&Q de Wimbledon ont organisé une grande fête pour les 90 ans de Sid. La presse s'est invitée, rapidement conquise par ce vieil homme placide qui sourit beaucoup, parle clair et ne fait pas du tout son âge.Sa nouvelle notoriété l'ébranle peu, mais il sait en apprécier les bons côtés. Il vient d'être invité, confie-t-il avec gourmandise, à la prochaine garden-party de la reine Elizabeth II. Il ira sur ses congés.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -