Agevillage

Visite à domicile

Les généralistes disent oui si elle est justifiée et revalorisée


Partager :

Vécue souvent comme une contrainte par les médecins, la visite à domicile, atout del'offre de soins français, doit être revalorisée pour offrir une meilleure prise en charge des personnes qui en ont besoin, les personnes âgées non autonomes.

Une enquête sur la visite à domicile

La section "Généraliste" de l'URML IDF (union régionale des médecins libéraux) a mené en 2005 une enquête auprès de 1578 médecins généralistes.Premier objectif : faire un état des lieux de la visite à domicile. Quelle est la justification de la visite ? Comment est-elle considérée par le médecin ?Dans un second temps : proposer des mesures d'amélioration de la prise en charge.Les médecins effectuent en moyenne 16 visites par semaine, avec un temps de visite moyen de 41 minutes comprennant le déplacement et la consultation (le temps d'une consultation au cabinet dure 18 minutes).Les médecins jugent la visite à domicile utile mais la trouvent trop contraignante. En effet, 87.5 % des médecins interrogés souhaieraient en limiter le nombre, car ils considèrent que la visite à domicile relève plus du social que du médical, dévalorise leur métier lorsqu'elle devient systématique (trop de demandes sont injustifiées) et les pénalise financièrement. Le tarif moyen de la consultation à domicile pour l'Ile de France est de 30 euros.La visite à domicile « permet parfois de mieux se rendre compte de l'environnement du patient ou de l'isolement des persones âgées » témoigne le docteur Réverdy, généraliste à Chelles (77).Pourquoi sollicite-t-on une visite à domicile ? Les facteurs les plus souvent cités correspondent aux critères de l'AcBUS et à la définition des soins à domicile : pathologie lourde, manque d'autonomie (difficultés à se déplacer, à conduire), symptômes aigus et urgences, mais aussi âge du malade et charge d'enfant en bas âge. Presque la moitié des visites concernent des patients non autonomes.Il reste un certain de demandes injustifiées comme : attentes trop longues au cabinet, tiers payant (on ne paie pas le médecin donc on peut le faire se déplacer), prix payé (on paye le médecin donc il peut se déplacer).

Améliorer la répartition des tâches et la coordination des soins

La visite à domicile est un acte spécifiquement français. Il y a une vingtaine d'année les médecins généralistes faisaient jusqu'à 15 visites par jour. Aujourd'hui, 72,2 % des médecins interrogés souhaitent limiter l'accès de la visite à domicile. Ils veulent redéfinir la visite justifiée comprenant l'urgence, le manque de mobilité, la perte d'autonomie. Une grande majorité serait pour une revalorisation des actes justifiés et une dissuasion financière pour les visites injustifiées. La visite à domicile doit rester centrée sur les personnes non autonomes pour améliorer leur prise en charge.Améliorer la répartition des tâches et la coordination des soins, c'est développer le temps de coordination médico-sociale avec les différents intervenants professionnels de soins ou d'aide aux personnes en perte d'autonomie. Il faut, demande la section Généraliste de l'URML IDF, donner les moyens aux médecins d'effectuer leur travail en rémunérant le temps médical (préparation, examen clinique, déplacement) et le travail de coordination de la visite avec l'infirmière, l'assistante sociale, l'aide à docmicile, mais aussi développer les outils d'informations pour faciliter l'accès aux institutions prenant en charge les personnes âgées en perte d'autonomie.La Section Généraliste de l'URML IDF souhaite aussi communiquer auprès du grand public sur la nécessité de réserver la visite aux personnes à domicile pour raisons médicales.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -