Agevillage

Services à la personne

Borloo a donné le coup d’envoi pour créer un à deux millions d'emplois


Partager :

Le ministre de l'Emploi Jean-Louis Borloo a officiellement lancé mardi14 février son plan de développement des emplois de services à la personne

« Une véritable révolution» selon Jean-Louis Borloo, ministre de l'Emploi, susceptible de créer 1 à 2 millions d'emplois d'ici 2010. Dévoilé déjà il y a plus d'un an, maintes fois présenté, le plan de développement des services à la personne dans lequel M. Borloo a placé ses plus grands espoirs, a été détaillé mardi sous un imposant chapiteau dressé dans la cour du ministère, rue de Grenelle, au son d'une bruyante musique techno.C'est une «révolution culturelle majeure», a assuré le ministre, en promettant grâce à lui une «éradication du travail illégal», des créations «massives d'emplois qualifiés, de proximité et non délocalisables», tout cela concourant à «l'amélioration du moral de notre pays». Ce plan constitue une «chance, prioritairement pour les femmes», en ce 14 février, jour de la Saint Valentin, a poursuivi le ministre. La principale innovation est la mise en place d'un chèque emploi service universel (Cesu), moyen de paiement émis depuis le 1er janvier pour les particuliers qui veulent s'offrir ces services (gardes d'enfants, aide aux personnes âgées, etc). «Il s'agit tout simplement de faciliter la vie quotidienne des Français en leur permettant d'accéder de façon rapide et moins chère aux services à domicile dont ils ont besoin», a résumé le ministre. Selon M. Borloo, les «aides, exonérations et crédits d'impôt» dont bénéficieront particuliers et employeurs en utilisant le Cesu seront très attractifs, le plan divisant «par trois le coût horaire des prestations» et les services devenant «50% moins chers que les prestations non déclarées».En outre, le secteur sera plus facile d'accès grâce aux douze enseignes nationales récemment constituées pour structurer l'offre de services, a-t-il rappelé. Mutuelles, associations et sociétés privées joueront en effet les intermédiaires entre particuliers et prestataires de services.Une vingtaine de métiers (aides aux personnes dépendantes, gardes d'enfants, soutien scolaire, tâches ménagères, etc) sont pour l'heure concernés. Le secteur, qui compte environ 1,3 million d'emplois salariés, pourrait grossir grâce à ce plan de quelque 500.000 emplois en trois ans, promettait depuis plusieurs mois M. Borloo, qui table aujourd'hui sur «1 à 2 millions d'emplois d'ici 2010».Une révision à la hausse due à «la puissance des réseaux et des opérateurs» qui se sont mis en place ces derniers mois, a-t-il expliqué. «Selon l'hypothèse la plus basse retenue, ce plan va coûter, annuellement, 500 M d'euros en exonérations diverses, mais va générer 420 M de rentrées, car il y aura moins de chômeurs à indemniser, soit un solde négatif de 80 M d'euros, ce qui est dérisoire par rapport au nombre d'emplois créés», a affirmé Bruno Arbouet, directeur général de l'Agence nationale des services à la personne, mise en place à l'automne dernier. «Il y avait une demande latente, maintenant les mesures d'aides fiscales sont en place, je suis sûr que cela va démarrer», a témoigné Laurent Thérezin, un responsable de l'enseigne Accor services. «Le seul bémol, c'est que ce plan ne s'adresse qu'aux personnes qui travaillent. Il faut aussi penser à la solvabilisation des personnes qui sont en grande difficulté», a estimé Jean Vernhet, président de l'enseigne Personia.Autre réserve: les négociations visant à élaborer une convention collective couvrant la totalité de ces métiers patinent depuis 13 mois, a mis en garde la CFTC.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -