Agevillage

Exclusion - pauvreté

Les jeunes ont remplacé les personnes âgées dans le champ de la pauvreté


Partager :

- La pauvreté touchait entre 3,7 millions et sept millions de personnes en 2003, affectant surtout les femmes seules avec enfant et les moins de 25ans, selon un rapport remis mardi 22 février au gouvernement

Dominique de Villepin, le Premier ministre va prochainement annoncer de nouvelles «propositions» contre l'exclusion. Le rapport de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale remis mardi 22 février à la ministre déléguée à la Cohésion sociale, Catherine Vautrin, révèle que les pauvres sont surtout aujourd’hui des jeunes. Au total, en 2003, 3,694 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté fixé à 50% du revenu médian (soit 645 euros/mois pour une personne seule), contre 3,55 millions en 2001. Mais en relevant ce seuil à 60% du revenu médian, niveau utilisé pour les comparaisons européennes (soit 774 euros/mois pour une personne seule), le nombre de pauvres double, s'établissant à 7,015 millions en 2003, à peu près autant qu'en 2001 (7,1 millions). Des indicateurs plus récents confirment la progression de la pauvreté: le nombre d'allocataires du revenu minimum d'insertion (RMI) a progressé de 5,2% entre septembre 2004 et septembre 2005, passant de 1,182 million à 1,243 million, selon la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf). Les personnes seules, les femmes seules avec enfants et les moins de 25 ans sont «sur-représentés» parmi les pauvres, selon le rapport, qui s'interroge aussi sur «une possible remontée de la pauvreté des personnes âgées, notamment lorsqu'elles sont seules». L'Observatoire n'a pas eu le temps d'analyser l'impact de la baisse du chômage depuis le printemps 2005 sur l'évolution de la pauvreté. Il met cependant l'accent sur les «relations complexes entre emploi et pauvreté«: chômage ne signifie pas forcément pauvreté, alors qu'inversement «l'emploi ne protège pas à lui seul de la pauvreté». Des «privations et des contraintes multiples pèsent sur les modes de vie des personnes pauvres et leur accès aux droits fondamentaux», en matière de logement, de santé et d'alimentation de qualité, analyse l'Observatoire. «En matière de santé, on observe le rôle très important de la Couverture maladie universelle (Cmu) complémentaire pour l'accès aux soins des personnes pauvres. Mais un nombre encore élevé de personnes demeurent dépourvues de couverture complémentaire», ajoute-t-on.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -