Agevillage

Un rapport du Bureau du recensement et de l'Institut national de la santé

Les Américains de plus de 65 ans redéfinissent la vieillesse


Partager :

Plus actifs, plus riches, plus instruits, en meilleure santé, les Américains deplus de 65 ans sont en train de réinventer la notion même de vieillesse au 21esiècle.

Dans un rapport exhaustif de 243 pages présenté jeudi 10 mars, le Bureau du recensement et l'Institut national sur le vieillissement, deux institutions américaines chargées des questions démographiques, font le portrait d'une génération qui représente 12% de la population américaine - 36,3 millions d'Américains - et ne ressemble en rien aux précédentes. Relevant les «changements spectaculaires intervenus», le rapport note «qu'aujourd'hui les Américains âgés vivent plus longtemps, ont des taux d'incapacité physique moindre, ont fait davantage d'études et sont moins nombreux à vivre dans la pauvreté». «Nombreux sont ceux qui ont une image du vieillissement qui est dépassée d'au moins 20 ans», a indiqué un des auteurs du rapport, Richard Suzman. «Ce portrait montre combien les choses ont changé et où ces tendances nous mènent à l'avenir». Loin de l'image de retraités pantouflards, les plus de 65 ans sont à l'avant-garde d'un phénomène de société «aux profondes conséquences sociales et économiques», note Louis Kincannon, directeur du Census Bureau. La population des plus de 65 ans doublera de volume lors des prochaines 25 années, ajoute-t-il. En 2030, un Américain sur cinq - quelque 72 millions de personnes - aura 65 ans ou plus. A l'heure actuelle, les plus de 85 ans forment le groupe d'âge qui augmente le plus vite. «Au début du 2Oe siècle, il y avait seulement 120.000 personnes âgées de plus de 85 ans, a indiqué M. Kincannon, elles sont maintenant plus de 4 millions» et en constante augmentation. Le rapport relève que la santé des personnes âgées est également en constante amélioration. La proportion d'handicapés et de personnes souffrant de maladies chroniques, telles l'arthrose ou des problèmes cardiaques, est tombée de 26.2% en 1982 à 19.7% en 1999. Toutefois l'hypertension, le diabète et plus particulièrement la maladie d'Alzheimer menacent des millions d'Américains âgés. La situation financière des personnes du troisième âge s'est également considérablement améliorée, malgré de grandes variations de richesse et de revenus. La proportion de personnes de 65 ans et plus, vivant dans la pauvreté, a baissé de 35% en 1959 à 10% en 2003, essentiellement en raison des systèmes de retraite, relève le rapport. Mais certaines poches de pauvreté persistent. Ainsi 45% de femmes âgées noires ou hispaniques et vivant seules sont pauvres. La proportion d'Américains avec au moins un diplôme universitaire a été multipliée par cinq entre 1950 et 2003. Le pourcentage de ceux ayant fini leurs études secondaires a quadruplé de 1950 à 2003, passant de 17% à 71,5 %. et la tendance liant études supérieures, meilleure santé, revenu supérieur et un niveau de vie à la retraite plus élevé, ne fera que s'accentuer, estiment les chercheurs. Ces changements interviennent alors que 3.4 millions de baby-boomers passent cette année le cap de la soixantaine. Chaque jour 8.000 Américains fêtent leur 60 ans, se retrouvant en bonne compagnie avec d'autres célèbres sexagénaires, allant du président Bush, à l'ex-président Clinton en passant par Diane Keaton, Cher, Liza Minnelli ou Sylvester Stallone. Les «baby-boomers» «promettent de redéfinir plus profondément encore ce que signifie être vieux en Amérique aujourd'hui» a indiqué Louis Kincannon.«Lorsqu'ils arriveront à l'âge de la retraite, ils seront les retraités les plus accomplis de l'histoire américaine» a-t-il ajouté et «peut-être poursuivront-ils leur vie professionnelle en vieillissant».Résumé du rapport du NIH et du Census Bureau



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -