Agevillage

Une étude du New England Journal of Medecine

La mortalité augmente au sein d’un couple en cas de maladie du conjoint


Partager :

Quel est l’impact de la maladie sur le conjoint d’une personne malade ?Une étude a été menée sur 518.240 couples répertoriés dans les archives de l’assurance maladie des personnes âgées aux Etats-Unis(Medicare) en 1993. Les résultats ont été publiés dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine.

Une équipe du Massachusetts General Hospital de Boston, coordonnée par le Dr Nicholas Christakis, a mis en place un modèle pour étudier l’impact de l’ hospitalisation d’une personne sur son conjoint. Pendant neuf ans, l’étude a porté sur 518 240 couples dont l'âge moyen était de 75 ans pour les hommes et de 72 ans pour les femmes.Sur cette période, 383 480 époux (74%) et 347 269 épouses (67%) ont été hospitalisés au moins une fois, et 252 557 époux (49%) et 156 004 épouses sont décédés.L’étude a permis de chiffrer un phénomène bien connu des médecins : la perte d'un être cher ou à sa maladie accroit les risques de décès du conjoint survivant, dans les douze mois suivants.L’étude a montré que la mortalité a varié en fonction du diagnostic posé chez le conjoint hospitalisé. Chez les hommes, 6,4% sont décédés dans l’année qui a suivi l’hospitalisation de l’épouse pour cancer du côlon, 6,9% après une hospitalisation de l’épouse pour un accident vasculaire cérébral, 7,5% après une hospitalisation de l’épouse pour maladie psychiatrique et 8,6% après une hospitalisation de l’épouse pour démence.Chez les femmes, 3 % sont décédées dans l’année qui a suivi une hospitalisation de leur mari pour cancer du côlon, 3,7% après une hospitalisation du mari pour accident vasculaire cérébral, 5,7% après une hospitalisation du mari pour maladie psychiatrique et 5,0% après une hospitalisation du mari pour démence.Le risque de décès pour les hommes n’était pas significativement plus élevé après l’hospitalisation d’une épouse pour cancer du côlon, mais il l’a été après une hospitalisation pour accident vasculaire cérébral, insuffisance cardiaque congestive, fracture de la hanche, maladie psychiatrique (ou démence).Pour les femmes, les divers risques de décès après une hospitalisation de leur conjoint étaient similaires.Globalement, pour les hommes, le risque de décès associé à une hospitalisation de leur épouse représentait 22% du risque de décès de l’épouse; pour les femmes, le risque était de 16% du risque de décès .«La perte d'un conjoint est l'un des stress le plus important qu'une personne puisse connaître dans sa vie » conclut le Dr. Mary Harward, spécialiste en gériatrie dans un hôpital de Californie.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -