Agevillage

Japon - nouvelles technologies - vieillissement

Ri-man, un robot pour aider les malades agés ou handicapés


Partager :

Des cheurcheurs japonais travaillent sur un protoype de robot aide soignant

Des chercheurs de l'institut de recherches scientifiques japonais Riken ont annoncé mardi 14 mars avoir mis au point un prototype de robot destiné à s'occuper de personnes âgées ou malades. Baptisé Ri-Man, ce robot à roulettes muni de deux bras peut soulever et déplacer un mannequin de douze kilogrammes en ajustant sa force et ses gestes grâce à des capteurs sensoriels positionnés le long de ses membres.En théorie, il peut porter une masse de trente-cinq kilogrammes. Les chercheurs souhaitent développer dans les cinq années à venir un robot capable de soulever un corps de soixante-dix kilogrammes. «Nous espérons que nos recherches pourront un jour être utiles à l'assistance aux personnes âgées», a précisé un des directeurs de recherche chargés de ce projet, Toshiaru Mukai.Ri-Man pèse quelque cent kilos et mesure 1,58 mètre de haut. Ses bras sont recouverts d'une texture en silicone de cinq millimètres afin d'adoucir le contact avec un humain. Des micros en guise d'oreilles lui donnent l'abilité d'analyser la provenance d'un son, et des capteurs olfactifs de reconnaître huit types d'odeurs. «Nous voudrions aussi mettre au point un dispositif pour que le robot puisse juger de l'état de santé d'une personne en fonction de sa respiration», a expliqué M. Mukai.Les nombreux chercheurs en robotique japonais sont fortement incités par le gouvernement à développer des êtres artificiels pour subvenir aux besoins d'une population vieillissante, en prévision d'une pénurie de personnels de soin. Plus d'un Japonais sur cinq est actuellement âgé de plus de 65 ans, et la proportion va continuer à croître dans les décennies à venir. Il existe déjà un robot bébé-phoque en peluche, baptisé Paro, conçu avec l'aide de l'Etat, pour accompagner les personnes âgées.Truffé de capteurs et de micro-moteurs, ce robot est capable de se comporter comme un animal vivant (en remuant, clignant des yeux) par réaction aux caresses et autres gestes que lui prodigue une personne. Selon les chercheurs, ce bébé-phoque artificiel a des effets notables contre les troubles affectifs et les affections neuro-dégénératives comme la maladie d'Alzheimer.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -