Agevillage

Age de la retraite - sécurité sociale

La Cnav tente de mettre en place des incitations au travail pour les salariés agés


Partager :

Comment inciter les travailleurs proches de la retraite à continuer leur activité ? C’est ce sur quoi réfléchit la Caisse nationale d’assurance vieillesse

La Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) teste actuellement «la sensibilité» des salariés proches de la retraite à divers mécanismes de nature à les inciter à rester en activité, comme par exemple un éventuel complément de salaire pouvant atteindre 20%. Une source proche du dossier a confirmé que la Cnav avait engagé en ce sens une enquête, à la demande du gouvernement, auprès d'un échantillon représentatif d'assurés sociaux, selon cette source.L'enquête «vise à tester leur sensibilité à rester ou non en activité au-delà de l'âge légal et de 40 annuités (donnant droit au départ), en fonction de plusieurs critères: une augmentation de salaire, une majoration de la pension de base une fois à la retraite (la «surcote», ndlr), ou un capital versé au moment du départ», a-t-elle ajouté. Elle confirme ainsi une information parue dans La Tribune, selon laquelle le gouvernement réfléchit, parmi divers pistes, notamment à une prime pour l'emploi des seniors. Parmi les questions posées aux assurés, figure l'idée de proposer à l'actif, ayant droit au départ à la retraite mais qui continuerait son activité, «un complément de salaire» de 20%, plafonné à 500 EUR, tout au long de la période d'activité supplémentaire, sans modification du niveau de pension au moment du départ en retraite, selon cette source.Les assurés sont aussi interrogés sur le mécanisme de la surcote. Depuis le 1er janvier 2004, dans le cadre de la réforme des retraites, les salariés ayant cotisé au-delà de l'âge légal de la retraite et bénéficiant de 40 annuités ont droit à une pension surcotée. Cette surcote est actuellement de 3% par année de travail supplémentaire cotisée (0,75% par trimestre). L'enquête demande aux assurés «s'ils travailleraient un, deux ou trois etc., ans de plus en échange de divers scénarios d'augmentation de cette surcote».La question d'une surcote sous forme de versement, en une fois, d'un capital au moment où l'actif prend sa retraite est aussi posée.De ces trois dispositifs, les assurés doivent donner celui qui a leur préférence, selon la source.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -