Agevillage

Deux campagnes d'information

Pour valoriser les métiers du social


Partager :

Le gouvernement veut valoriser les métiers du social et du grand âge

Les ministres en charge des Personnes âgées et de la Cohésion sociale ont présenté mardi 14 mars deux campagnes d'information pour valoriser les métiers du social, en particulier ceux dits du «grand âge», qui peinent à recruter malgré des besoins croissants.Le ministre délégué aux Personnes âgées, Philippe Bas, a poursuivi l'action de Catherine Vautrin et lancé une campagne nationale sur les métiers de services aux personnes âgées (aide à domicile, aide soignant, aide médico-psychologique, infirmier, animateur, etc.) pour «les jeunes et les personnes en quête d'une réorientation professionnelle».«Ce sont des emplois stables, non délocalisables, ouverts à tous les niveaux de qualification, à tous les âges, et qui offrent des perspectives d'évolution», a plaidé M. Bas, estimant que la «vague de fonds» du vieillissement entraînait des besoins de 30.000 recrutements par an. Dans le seul secteur des aides à domicile, «60.000 personnes vont partir à la retraite dans les dix ans à venir», a-t-il ajouté."Il va s'agir de faire connaître et valoriser ces métiers, très riche, à dimension humaine et professionnelle" insiste Philippe Bas.La «semaine des métiers du grand âge», du 20 au 26 mars, mettra l'accent sur- les besoins, les filières : brochures métiers, fiches métier, DVD- un «bus information» circulera du 20 mars au 8 avril dans le Nord-Pas-de-Calais, en Ile-de-France et en Aquitaine."Les conditions de travail s'améliorent dans ce secteur", a assuré M. Bas, "une aide soignante gagne aujourd'hui de 1600 à 2166 euros par mois."Philippe Bas s'est engagé à rendre «opérationnelle la validation des acquis de l'expérience (VAE) pour l'ensemble des métiers de la filière sanitaire et sociale en 2006».La ministre déléguée à la Cohésion sociale, Catherine Vautrin, «a apporté son parrainage» à une autre campagne, plus large, en faveur des 21 métiers du social, lancée par l'Association française des organismes de formation et de recherche en travail social (AFORTS). «Les pays dont le chômage a le plus baissé ces dernières années sont ceux qui ont fait deux choix: le développement du bâtiment et celui des services à la personne», a assuré Mme Vautrin.L'Etat et les régions françaises vont faire face dans un proche avenir à des besoins «très importants» en diplômes et en formations de travailleurs sociaux en raison du vieillissement de la population, a souligné la Cour des comptes dans son dernier rapport. Selon l'AFORTS, certaines régions connaissent déjà une «pénurie structurelle de travailleurs sociaux».Pour en savoir plus : www.personnes-agees.gouv.fr et n° indigo : 0 825 042 042.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -