Agevillage

Retraites complémentaires

Pas d'accord sur une revalorisation ; décision reportée au 22 juin


Partager :

La revalorisation des retraites complémentaires achoppe sur le salaire de référence

Les partenaires sociaux ne sont pas parvenus mardi 21 mars à un accord sur la revalorisation des retraites complémentaires des salariés du privé (Arrco) et des cadres (Agirc), initialement prévue au 1er avril, et ont reporté la décision au 22 juin, «Les commissions paritaires de l'Agirc et de l'Arrco réunies ce jour ne sont pas parvenues à un accord sur la fixation des paramètres de fonctionnement (valeur de service et prix d'achat du point)», précise un communiqué de l'Agirc-Arrco. «La valeur de ces paramètres demeure en conséquence inchangée» , ajoute-t-il. «Un nouvel examen interviendra avant la fin du mois de juin 2006» selon le texte. Selon la CFTC, une réunion aura lieu le 22 juin. Début mars, syndicats et patronat réunis au sein des conseils d'administration de l'Agirc et de l'Arcco n'étaient pas parvenus à s'entendre et avaient renvoyé la décision à la réunion de commissions paritaires ce mardi. Selon Bernard Devy (FO), vice-président de l'Arrco, et Jean-Louis Deroussen (CFTC), «un blocage» a porté sur l'évolution du salaire de référence, qui pèse sur les futures retraites des salariés actuellement en activité.En revanche, sur l'augmentation des pensions versées aux actuels retraités, déterminées par la valeur du point, il y avait quasi consensus sur une revalorisation mécanique de 1,65% au 1er avril. Augmenter le salaire de référence équivaut, pour un actif, à acquérir moins de points, ce qui au moment de la liquidation de sa retraite, lui donnera moins de droits. Selon M. Devy et M. Deroussen, le patronat proposait une augmentation de 3,2%, les syndicats lui opposant une hausse de 2,6%, qui tient compte d'un rattrapage de l'année 2004 où le salaire de référence n'avait pas été augmenté comme le salaire moyen. «Comme le patronat est resté figé sur ses positions, on a, en dernier ressort, demandé à pouvoir étaler sur trois ans ce rattrapage», a poursuivi M. Devy, une proposition qui n'a pas été retenue par le patronat. Selon la CFTC, «le Medef avait fait une petite ouverture en acceptant de revaloriser à 3% pour 2006 et de garder un rattrapage de 0,2% pour 2007», mais sur laquelle trop peu de syndicats ont voulu s'engager.FO, a indiqué M. Devy, «n'a pas du tout l'intention d'attendre juin pour que les retraités puissent bénéficier d'une revalorisation de leurs pensions. On va commencer par prendre des contacts avec les représentants patronaux pour reprendre les fils du dialogue. Sinon, on mobilisera les retraités». Dans un communiqué, la CFE-CGC «demande au plus tôt une réunion des partenaires sociaux afin de dresser un bilan d'étape des mesures arrêtées en 2003, de tenir compte des spécificités de chacun des régimes Agirc et Arrco et d'assurer en urgence l'équilibre financier du régime de retraite complémentaire des cadres.«



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -