Agevillage

Vieillissement et obésité

Forte augmentation des maladies longue durée


Partager :

Le nombre des assurés sociaux pris en charge à 100% pour des affections longue durée (ALD, telles que le cancer), «a fortement augmenté depuis 10 ans», du fait notamment du développement de l'obésité en France mais aussi du vieillissement, selon une étude.

Fin 2004, quelque 6,6 millions d'assurés étaient pris en charge à 100% au titre d'une ALD, soit près de 12% des assurés. «Depuis 10 ans, le nombre de personnes prises en charge à ce titre a fortement augmenté: +73,5% depuis 1994, +53,3% si on rapporte ce nombre à l'évolution de la population générale durant cette période», indique la Cnam dans une étude présentée mercredi 5 avril.Selon l'assurance maladie, les dépenses de soins des patients inscrits en ALD «représentent (hors arrêts de travail) 47,2 milliards d'euros, soit près de 60% du total des dépenses remboursées d'assurance maladie». La Cnam explique cette forte hausse par la croissance démographique, avec une population française «passée de 56.6 à 62.7 millions entre 1985 et 2005», ainsi que par «l'augmentation de l'espérance de vie des patients atteints d'une ALD». L'âge moyen de décès d'une personne en ALD est passée de 71 ans en 1994 à 75 ans en 2004. La Cnam pointe en outre la hausse du nombre de patients inscrits en ALD pour diabète (+83% en 10 ans), dont «le facteur majeur est la prise de poids de la population résidente en France (surpoids et obésité)». Une étude publiée en mars par l'Institut national de la veille sanitaire (Invs) évaluait ainsi à 47% «la contribution de l'augmentation de l'obésité sur l'accroissement prévisible du nombre de diabètes traités pour la période 1999-2016», souligne la Cnam.Le nombre de patients pris en charge pour des cancers a lui aussi très fortement augmenté (+84% en 10 ans). Enfin, la révision des critères médicaux de prise en charge à 100% des ALD constitue un quatrième facteur de hausse. A titre d'exemple, le taux de glycémie à jeun définissant le seuil de diagnostic du diabète a été abaissé de 1,4 gramme par litre à 1,26 gr/l au cours de la dernière décennie, «d'où une forte augmentation du nombre de diabétiques pris en charge». Le directeur de l'assurance maladie Frédéric van Roekeghem a mis l'accent, lors de la présentation de l'étude, sur «le rôle d'une prévention très en amont, en particulier de l'obésité, du tabac et de l'alcool». La seule ALD qui a subi une baisse depuis 1994 est la paraplégie, «ce qui est sans doute lié à l'amélioration de la sécurité routière», selon M. van Roekeghem.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -