Agevillage

La Fédération Hospitalière de France mobilise pour les groupements de coopération


Partager :

La FHF (Fédération Hospitalière de France) salue la sortie du décret sur les groupements de coopération des structures sociales et médico-sociales du 6 avrildernier(*).La FHF répète depuis 4 ans, qu’il est indispensable de constituer des « entités de gestion » d’au moins 180 à 200 lits et places dans le secteur médico-social sur les 31 000 structures existantes.Ces groupements vont permettre :
  • La constitution d’équipes pluri-professionnelles, pour le partage des compétences. Elles se raréfient en particulier pour les médecins coordonnateurs et les directeurs dans les 5 ans qui viennent. Egalement, les psychologues,les éducateurs et animateurs (pour palier l'intérim chronique, soutenir la direction partagée...);
  • Le partage et la mutualisation de coûts fixes de gestion, notammentdes fonctions administratives et logistiques. L’obtention de conditions économiques plus favorables du fait de tailles plus importantes (achats, frais financiers) ;
  • Le développement sur de nouvelles activités en expansion, dans une logiquede diversification (handicap et adultes handicapés vieillissants, SSIAD, accueil de jour, accueil temporaire) ;
  • La possibilité, avec une équipe de cadres, de mener des opérations lourdes: aptation du bâti en fonction des projets, et des exigences de sécurité et dupublic hébergé
  • .La FHF apprécie les GCSMS, qu'elle juge "plus souple que les GIE et GIP".Selon la FHF, ces groupements de coopération sociale et médico-sociale vont permettre d’associer des établissements publics, privés à but non lucratif etlucratif, des personnes morales publiques ou privées gestionnaires d'établissements ou de services sociaux ou médico-sociaux ou de santé, à but lucratif ou non, de même que des professionnels des secteurs sociaux, médico-sociaux et sanitaires.Un GCSMS pourra donc comporter des professionnels salariés du groupement mais aussi des professionnels libéraux, associés par convention.La complexité de la constitution de ces groupement appelle néanmoins la FHF à proposer à ses adhérents "l’intervention d’un conseil juridique professionnel, habitué à porter ce type de dossier".



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -