Agevillage

L'ergothérapeute : un professionnel incontournable

Une profession mal connue de l'autonomie


Partager :

L'ergothérapie est une spécialité paramédicale destinée aux personnes souffrant de handicaps moteurs et psychomoteurs. L'ergothérapeute aide les patients en perte d'autonomie dans leur vie quotidienne, professionnelle, ou scolaire, à se réadapter à leur cadre de vie, à l'aide de différents types de soins, de conseils et d'activités éducatives. 
A qui s'adressent les soins d'ergothérapie ?

Les soins d'ergothérapie sont prescrits pour les personnes souffrant de nombreuses pathologies invalidantes, parmi lesquelles : 
•Les maladies chroniques (sclérose en plaques, Alzheimer, polyarthrite rhumatoïde...) 
•Les handicaps permanents ou temporaires consécutifs à un traumatisme (ex : suite à un accident de la route) 
•Les troubles psychomoteurs et les retards de développement chez l'enfant (troubles de l'apprentissage) 
•Les troubles moteurs liés à la vieillesse

Où exerce l'ergothérapeute ?
•L'ergothérapeute travaille le plus souvent dans les services médicaux des hôpitaux et les centres de rééducation. 
•Les patients sont orientés vers lui par le médecin, sur prescription médicale. 

Quelle sont les méthodes de soins utilisées en ergothérapie ?
•L'ergothérapeute définit un cadre thérapeutique en dialoguant avec le patient handicapé, en évaluant ses difficultés quotidiennes et en proposant pour cela des mises en situation concrète. 
•Il étudie également l'environnement dans lequel ces difficultés s'expriment (au travail, à l'école, à la maison) pour mettre en place certains aménagements (ex : matériel spécifique pour le travail) et proposer des exercices de réadaptation adaptés.

Selon la nature du handicap, différentes techniques sont employées
•Actes de rééducation et de réadaptation par le geste (techniques manuelles : menuiserie, poterie, etc.) 
•Activités ludiques (ex : développement psychomoteur de l'enfant) 
•Apprentissage de gestes techniques pour compenser un handicap empêchant la réalisation d'une tâche.

Les actes d'ergothérapie sont-ils remboursés ?

Ce type de soins ne fait pas l'objet d'une prise en charge par la Sécurité sociale, sauf lors d'une hospitalisation ou dans une structure spécialisée.



mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

vivesdominique

16/12/2010 10:12

role en secteur alzheimer


quel est le role de l'ergo en secteur alzheimer.Sa formation lui permet-elle de mener une animation dans ce secteur et laquelle



Nicole Sève-Ferrieu

25/02/2010 11:02

Ergothérapeute Cadre de Santé, Directrice de l'ADERE


Son métier : maintenir l'autonomie ET l'indépendance de la personne, puisque ces deux termes recouvrent des notions différentes. Pour ce faire, l'ergothérapeute évalue les troubles et les "handicaps" certes, mais il évalue également les "situations de handicap". Effectivement, l'ergothérapeute considère que le "handicap" n'est pas figé puisqu'il est le fruit de l'interaction entre la personne, l'environnement et ses habitudes de vie. Selon les problématiques rencontrées, l'analyse de la situation, et donc les solutions proposées, sont donc différentes. En d'autres termes, l'ergothérapeute évalue, avec la personne, ses capacités et ses incapacités, son environnement et ses habitudes de vie. En fonction du projet de vie de la personne, de ses motivations, de ses intérêts, de ses valeurs, de ses habitudes... il définit pourquoi, où et comment la personne est en difficulté pour pouvoir proposer des solutions adaptées et efficaces. Celles-ci peuvent concerner la personne elle-même au niveau de ses troubles et de ses déficiences (mise en place d'une rééducation sur prescription médicale), l'environnement (adaptations du domicile, aides techniques, conseils aux aidants...), et/ou les habitudes de vie (compensations, modifications....). Quelque soit la solution proposée, l'objectif est de permettre à la personne d'être le plus indépendante possible pour les activités quotidiennes. Le choix des solutions appartient à la personne puisque l'ergothérapeute a également pour objectif de maintenir et de favoriser l'autonomie. Le processus d'accompagnement de la personne pour la mise en place des solutions s'organise autour du "Faire avec" et "Inviter à faire" qui favorisent l'expérimentation de la relation adaptative, pour atteindre le "Laisser faire", expression de l'autonomie. Le "Faire à la place" n'est retenu que dans les cas où la personne présente une dépendance acquise puisque dans le cas inverse, cette solution figerait la personne dans la dépendance.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -