Agevillage

Aides à domicile non médicales : auxiliaire et assistante de vie, garde à domicile

Aide à domicile, assistante de vie dépendance, auxiliaire de vie sociale (AVS)


Partager :

L’aide à domicile pour les personnes âgées s’est fortement professionnalisée ces dernières années.
Les aides ménagères désormais appelées aides à domiciles sont généralement titulaires d’un BEP sanitaire et social, mention “aide à domicile”.

Il existe aussi les assistantes de vie qui passent un titre professionnel délivré cette fois par le ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité. L'Arrêté du 8 juillet 2009 porte enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles le titre d'assistante de vie dépendance. Ce titre de niveau V est délivré par l'Insitut FEPEM de l'Emploi familial (Fédération des particuliers employeurs de France).

Le métier d’auxiliaire de vie sociale (AVS) est validé depuis 2002 par un Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS) qui remplace le CAFAD (Certificat d'Aptitude aux Fonctions d'Aide à Domicile).

Les auxiliaires de vie sociales sont les plus diplômées, elles ont un domaine d’intervention plus large, mais de manière générale les auxiliaires de vie, assistantes de vie, et aides à domicile assurent des tâches identiques auprès des personnes âgées.

  

Tâches matérielles

  • Les travaux d'entretien courant.

Laver la vaisselle, faire le lit, passer l'aspirateur, dépoussiérer les meubles, nettoyer les sols, les portes, les luminaires (lustres dans la mesure du possible), les miroirs, ranger, nettoyer l'intérieur du réfrigérateur et des placards. Pour les vitres, il faut que l'opération soit faisable - sans danger - de l'intérieur du logement.

  • Le linge.

Laver et repasser le linge, le raccommoder, le porter à la blanchisserie ou à la laverie automatique.

  • Les repas.

Porter le repas à domicile, le préparer et aider à manger; vérifier que la personne âgée a en réserve des denrées non périssables qui lui permettent de faire face à un éventuel imprévu.

  • Les courses

Les courses sont faites à proximité du logement de la personne âgée, et leur poids global ne doit pas excéder 5 kilogrammes.
Le montant nécessaire aux achats ne doit pas dépasser 30 euros et doit en principe être fourni par la personne âgée à l'aide ménagère.
La rigueur des associations se remarque précisément au sérieux avec lequel elles traitent ces questions financières.

A Paris, par exemple, les aides ménagères du centre d'action sociale de la ville de Paris disposent d'un carnet de courses dont les pages sont numérotées et comportent chacune deux feuillets autocopiants.

L'aide ménagère peut ainsi inscrire le nom de la personne pour le compte de qui elle effectue des courses, la somme d'argent qui lui a été remise, le montant des courses effectuées (les tickets faisant foi) et le montant de la monnaie rendue.
Chaque feuillet est daté et signé par la personne âgée qui conserve un double.
L'autre feuillet est laissé dans le carnet pour donner lieu à vérification, si besoin est.

  • Les soins.

Les actes paramédicaux ne sont pas de la responsabilité de l’auxiliaire de vie sociale.
Bien entendu, elle peut apporter une aide à la toilette, à l'habillement, au laçage des chaussures et à la coiffure mais tous les soins nécessitant la possession d'un diplôme spécifique ou la manipulation de la personne sont à exclure.

Elle est aussi une conseillère capable d'apporter un soutien psychologique et moral.

  • Présence et soutien psychologique

Une personne âgée handicapée voit soudain le monde se resserrer autour d'elle.

Une l’auxiliaire de vie sociale est donc plus qu'un soutien matériel : c'est une passerelle vers l'extérieur, un lien social régulier qui rythme la vie de la personne âgée, voire une présence affective.
Cette dernière dimension peut même être exacerbée en cas d'isolement.
Le comportement de l’auxiliaire de vie sociale doit donc susciter la confiance de la personne âgée, créer un climat de respect mutuel mais sans jamais supprimer la distance professionnelle qui devra imprégner leurs relations.

  • Aide à l'autonomie 

L’auxiliaire de vie sociale ne doit jamais se substituer à la personne qu'elle aide.
Elle doit l'encourager à accomplir toutes les tâches qui sont encore à sa portée dans le but de maintenir ce qui lui reste d'autonomie.
D'où l'importance de la formation initiale.
Une aide à domicile professionnelle saura qu'elle doit respecter les désirs de la personne âgée, qu'une casserole sale ne doit pas automatiquement être nettoyée si la personne âgée ne le souhaite pas et qu'elle ne doit pas se substituer à elle pour toutes les taches domestiques, ce qui aurait pour conséquence d'accentuer l'incapacité de la personne âgée.

  • Les animaux domestiques.

Prendre soin des animaux domestiques n'est pas du ressort de l'AVS.

 

Tâches sociales

  • Petites démarches administratives

Les papiers administratifs, les demandes de remboursement de Sécurité sociale, les renseignements qui dépendent du centre d'action sociale sont du ressort de l’auxiliaire de vie sociale.
Les tâches à caractère financier en revanche sont exclues.

  • Sorties

Si l'état général de la personne aidée est suffisamment bon pour permettre une sortie, l’auxiliaire de vie sociale joue le rôle d'accompagnatrice.
Il faut néanmoins que ce déplacement puisse avoir lieu dans un périmètre raisonnable par rapport au domicile.
Ces petites sorties peuvent avoir pour objet de faire des courses, de se rendre chez le coiffeur ou tout simplement de se promener.

 

Ce qu'une auxiliaire de vie sociale ne doit pas faire :

  • Toutes démarches financières.

En dehors des petites sommes destinées aux courses, l’auxiliaire de vie sociale ne doit en aucun cas se livrer à des opérations bancaires. Elle ne doit pas non plus accepter de procuration, sauf dans des occasions exceptionnelles et avec l'accord du responsable de l'association ou du centre d'action sociale.

  • Posséder un double des clés de l'appartement de la personne âgée.

Là encore, la règle souffre des exceptions. L’auxiliaire de vie sociale peut, dans certaines situations exceptionnelles et avec l'accord de ses supérieurs hiérarchiques, posséder un double des clés du logement d'une personne âgée incapable de se déplacer, par exemple. Mais en règle générale, l’auxiliaire de vie sociale doit éviter de rapporter ces clés à son domicile et doit les déposer le soir au siège de l'association où elle travaille.



mis à jour le

LES LIENS UTILES

L'Annuaire Agevillage.com

L'Annuaire Agevillage.com recense les avis clients sur les maisons de retraite et EHPAD, les coordonnées des établissement d’accueil, services à domicile, clic, ccas et réseau gérontologique, centre mémoire, centre alzheimer, centre de soins, fournisseurs de Matériel médical, associations de loisirs et de tourisme…

Toutes les solutions locales près de chez vous : + de 25 000 adresses référencées.

annuaire@agevillage.com - 01 42 46 65 00

Adessadomicile

Reconnue d’utilité publique depuis 1938, Adessadomicile Fédération nationale représente un réseau de 400 structures gestionnaires à but non lucratif œuvrant dans l’aide, le soin à domicile et les services à la personne. 

Ces structures emploient près de 40 000 salariés dans les 22 régions en France métropolitaine et dans les départements et collectivités d’outre-mer.

Attachée aux mêmes valeurs, celles de la solidarité, de la qualité, du professionnalisme et de la primauté de la personne, Adessadomicile ancre pleinement son action dans la voie de l’économie sociale et solidaire.

adessadomicile
350 rue Lecourbe - 75015 Paris
01 44 52 82 82
contact@adessadomicile.org

ADMR - Union des Association de Service à Domicile en Milieu Rural

L'union des associations de service à domicile en milieu rural. Ses 3200 associations locales maillent le territoire français. Interventions proivilégiées de bénévoles. Des services de Maisons ADMR (services, conseils), un service de télé-assistance Filien sont aussi inétégrés au réseau.

Union nationale ADMR
184 A, rue du Faubourg Saint-Denis
75484 Paris Cedex 10

Tel : 01.44.65.55.55
Fax : 01.44.65.55.56
E-mail : info@admr.org

FEPEM

La FEPEM (Fédération des particuliers employeurs de France) représente les particuliers employeurs depuis 60 ans et plus, auprès des institutions nationales, régionales et européennes. Porteuse d'un modèle économique et solidaire, elle développe et promeut l'emploi entre particuliers. 
 
La FEPEM concentre son action autour de trois axes prioritaires :
 
1.Valorisation du statut de particulier employeur et des spécificités des emplois de la famille
2.Information de tous les particuliers, conseil et assistance dans la relation d'emploi 
3.Développement du modèle d'emploi entre particuliers,

du lundi au vendredi de 9h à 18h
au 0825 07 64 64
(0,15 euros/min)

FESP - Fédération du Service aux particuliers

La FESP est l’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics et des acteurs du secteur des services à la personne représentant tous les modes d’intervention, entreprises prestataires et mandataires, auto-entrepreneurs et particuliers employeurs.

FNAAFP/CSF : Fédération Nationale des Associations de l'Aide Familiale Populaire

Actuellement, la FNAAFP/CSF fédère 40 associations qui gèrent plus de 150 services auprès de tous les publics dits « fragiles » ou « vulnérables » : familles, personnes âgées et personnes en situation de handicap. L’ensemble de ces services emploient aujourd’hui plus de 5000 salariés dans leurs services prestataires, auxquels il faut ajouter les intervenants qui sont employés directement par les familles par le biais des services mandataires.

Fédération Nationale des Associations de l'Aide Familiale Populaire FNAAFP/CSF
Aide à domicile/Services à la personne
53, rue Riquet - 75019 PARIS - Tél: 01 44 89 86 86 - www.fnaafp.org
Email: accueil@fnaafp.org

UNA - Union Nationale de l'Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

UNA, un réseau de prestataires de services à domicile & services à la personne
Ses 1800 associations sont présentes sur la quasi totalité des départements français. (associations prestataires et mandataires)

UNA
108 -110 rue Saint Maur 75 011 Paris
Tel : 01 49 23 82 52 - accueil@una.fr

Seniors à votre Service

Des seniors actifs au service des familles.
200 000 Seniors et retraités vous proposent leurs services partout en France : aide aux personnes âgées, repassage, bricolage, jardinage… Faites-vous aider à la maison !
Voir les profils disponibles près de chez vous sur : www.seniorsavotreservice.com

Lire notre article sur Seniors à votre service


Partager :


Vos réactions

anna01138

17/06/2014 17:06

Est-ce que l'assistante de vie a droit de se servir d'un lève malade?


J'aimerai savoir si l'assitante de vie a le droit de se servir d'un lève malade ? Etant donner que ce métier n'a pas à s'occuper des gens grabataires ? Merci pour la réponse



zambo

10/02/2013 21:02

assistance non medicale


Je n'ai pas trouvé de service tels que gymnastique douce pour aider les personnes a préserver leur équilibre. mon pere atteint d'une maladie de la mémoire se tombe parce qu'il s'affaiblit si nous ne lui trouvons pas des activités comme la marche.Mais ,travaillant encore, ce serait bien si des associations proposaient des "coachs" pour aider les personnes a garder leur autonomie. et le probleme est encore plus complexe dans les petites villes



Jeanflon

30/05/2012 11:05

soins à domicile


j'ai lu votre article avec grand intérêt mais je pense qu'en Belgique ce n'est pas encore aussi encadré pour la formation



S

02/09/2009 18:09

DEAVS = MCAD


Les titulaires de la mention complémentaire aide à domicile ont un diplôme équivalent aux auxiliaires de vie sociales : arrêté du 26 mars 2002 n°2002-410




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -