Agevillage

Garder le cerveau alerte


Partager :

La mémoire, capacité à enregistrer, à stocker et à restituer des informations, n’est pas une fonction isolée du cerveau, elle est en interaction avec des facteurs physiologiques, psychologiques, sociaux. Elle ne s’use que si l’on ne s’en sert pas !
Bien manger, bien dormir, rester en mouvement, dans tous les sens du terme, curieux et en contact avec les autres, contribuent à entretenir la mémoire.

Le cerveau a besoin de stimulations différentes et de nouveautés.
Il est prouvé qu’apprendre est possible à tout âge. Il est important d’adopter une attitude active, de multiplier les occasions de se servir de ses facultés de mémorisation et de développer ses centres d'intérêts pour prévenir le vieillissement cognitif.

La mémoire est d’autant plus efficace que l’on est attentif, motivé et que l’on chasse les préoccupations qui encombrent l’esprit et empêchent de se concentrer sur ce que l’on fait.

Nombreuses sont les activités qui favorisent la création de réseaux neuronaux et aident à garder un cerveau alerte : découvrir de nouveaux horizons géographiques ou intellectuels, soutenir le travail scolaire des petits enfants ou les emmener dans les musées tant que cela est possible. Jouer régulièrement au Sudoku, aux mots croisés, aux échecs, au Scrabble ainsi qu’à d’autres jeux qui favorisent la concentration, sont de bonnes pratiques pour la mémoire.

Il arrive à tout le monde d’oublier où l’on a posé ses clés ou ses lunettes, de ne pas se souvenir de ce que l’on a mangé la veille, de chercher un mot ou qu’un nom vous échappe (la mémoire est sélective et l’on a tendance à se souvenir de ce qui nous intéresse réellement !).

On peut trouver des petits « trucs » pour ne pas accuser sa mémoire au quotidien : association d’idées, une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, listes …

Les « trous de mémoires » peuvent devenir des troubles de la mémoire, car vec l’âge, les zones du cerveau qui permettent la mémorisation sont moins bien irriguées et oxygénées.

Les troubles de la mémoire ne doivent pas être négligés.
En cas de doute, il convient d’en parler à son médecin.

Lire :



mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -