Agevillage

Le métier d'aide à domicile, d'assistante de vie et d'auxiliaire de vie sociale (AVS)

Profil du poste


Partager :

Aide à domicile personnes âgéesLes fonctions de l’aide à domicile sont diverses. En plus de l’aide pour les actes de la vie ordinaire, il s’agit d’accompagner la personne âgée dans les actes essentiels de la vie tels que l’aide à la toilette.  


Ce que peut faire l’aide à domicile
  • Les travaux d'entretien courant. Laver la vaisselle, faire le lit, passer l'aspirateur, dépoussiérer les meubles, nettoyer - sols, portes, luminaires (attention toutefois aux lustres accrochés très haut), miroirs-, ranger, nettoyer l'intérieur du réfrigérateur et des placards. Pour les vitres, il faut que l'opération soit sans danger (exécutée de l'intérieur du logement, sur un escabeau à trois marches minimum).

  • Le linge. Laver et repasser le linge, le raccommoder, le porter à la blanchisserie ou à la laverie automatique.

  • Les repas. Les préparer et aider à manger; vérifier que la personne âgée dispose de denrées non périssables en quantité suffisante pour faire face à un éventuel imprévu.

  • Les courses. Les courses sont faites à proximité du logement de la personne. Le poids à porter ne doit pas excéder 5 kg. Le montant nécessaire aux achats ne doit pas dépasser 30 euros et doit en principe être fourni par la personne aidée. La rigueur des associations se remarque précisément au sérieux avec lequel elles traitent ces questions financières.

  • Les soins. Les actes paramédicaux ne sont pas de la responsabilité de l'aide à domicile. Bien entendu, celle-ci peut apporter une aide à la toilette lorsque cette aide est assimilée à un acte de la vie quotidienne et qu’elle n’a pas fait l’objet de prescription médicale. Si la toilette ne peut avoir lieu qu’au lit ou au fauteuil, l’infirmier passera pour évaluer la situation au moins une fois par jour. L’aide à domicile surveille la prise de médicament à partir du pilulier préparé par l’infirmière ou le médecin. Elle veille à l'habillement, au chaussage et à la coiffure.
    Les soins nécessitant la possession d'un diplôme spécifique ne rentrent pas dans son champ de compétences (pédicurie, injections, soin d’escarres…). 

  • Les démarches administratives. Les papiers administratifs, les demandes de remboursement de Sécurité sociale, les renseignements qui dépendent du centre d'action sociale sont du ressort de l'aide à domicile. Les tâches à caractère financier en revanche sont exclues.

  • Les sorties. Si l'état général de la personne est suffisamment bon pour sortir, l'aide à domicile l'accompagne. Le déplacement doit s'accomplir dans un périmètre raisonnable. Il peut s'agir de faire de petites courses, de se rendre chez le coiffeur, à un rendez-vous médical ou tout simplement de se promener.

Ce que ne peut pas faire l’aide à domicile :

  • Les démarches financières ou qui engagent le patrimoine de la personne. En dehors des petites sommes destinées aux courses, l'aide à domicile ne doit en aucun cas se livrer à des opérations bancaires. Elle ne doit pas non plus accepter de procuration, sauf dans des occasions exceptionnelles et avec l'accord du responsable de l'association ou du centre d'action sociale. L'aide à domicile ne doit en aucun cas se servir de la carte bancaire de la personne aidée, ni aider celle-ci à s'en servir.

  • Posséder un double des clés de l'appartement de la personne aidée. Là encore, la règle souffre des exceptions. L'aide à domicile peut, dans des situations exceptionnelles et avec l'accord de ses supérieurs hiérarchiques, posséder un double des clés du logement d'une personne incapable de se déplacer, par exemple.
    En règle générale, l'aide à domicile doit éviter de rapporter ces clés à son propre domicile mais les déposer le soir au siège de l'association où elle travaille, ce qui en pratique est relativement difficile à réaliser.

  • Préparer un pilulier. Cette tâche n’est pas du ressort de l’aide à domicile, de même qu’elle ne peut pas donner de médicaments en suivant les indications de l’ordonnance. C’est l’infirmière à domicile, le pharmacien, le médecin qui sont habilités à réaliser cet acte.

  • Soin des escarres. Cet acte médical ne relève pas de la compétence de l’aide à domicile.

  • Poser des bandes de contention. C’est un acte que l’infirmière ou l’aide soignante assurent quand il y a un service de soins infirmiers ou un service infirmier libéral qui intervient au domicile.

  • Prendre soin des animaux domestiques n'est pas du ressort de l'aide à domicile.


Soutien psychologique, aide à l’autonomie, prévention
Le monde se resserre peu à peu pour une personne âgée en perte d'autonomie. L'aide à domicile devient davantage qu'un soutien matériel. Elle représente une passerelle vers l'extérieur, un lien social régulier qui rythme la vie de la personne, voire une présence affective. Cette dernière dimension peut même être exacerbée en cas d'isolement. L'aide à domicile doit établir une relation de confiance, créer un climat de respect mutuel mais veillera à respecter la "juste" distance dans la relation aidant/aidé, preuve de son professionnalisme.

Aide à l'autonomie.
Aider n'est pas faire à la place. Se substituer accroît la "dépendance". L'aide à domicile doit au contraire encourager la personne aidée à accomplir par elle-même ce qu'elle peut encore accomplir. L'objectif est de maintenir l'autonomie restante. 
Pour ce faire, une formation est essentielle. Une aide à domicile professionnelle a appris qu'il convient de respecter les désirs et les choix de la personne.
A titre d'exemple : on ne changera pas un bibelot de place sous pretexte que l'aide à domicile le trouverait mieux sur la cheminée que sur la commode ; de même si la personne aidée souhaite mettre ses chaussures beiges avec sa tenue marron, on ne lui imposera pas de mettre les noires parce qu'elles sont plus jolies ; si elle est en mesure d'enfiler elle-même son cardigan on ne le fera pas à sa place même si on estime que ça ira plus vite.

L’aide à domicile signale à son supérieur hiérarchique tout changement survenu concernant la personne aidée sur le plan physique, psychologique ou dans son environnement social et matériel. Porter attention à tout changement entre dans le cadre d'une démarche préventive.

Accompagner une personne en perte d'autonomie n'est pas un "petit boulot" mais un métier.  

L'Arrêté du 8 juillet 2009 porte enregistrement au répertoire national des certifications professionnelles le titre d'assistante de vie dépendance. Ce titre de niveau V est délivré par l'Institut FEPEM de l'Emploi familial (Fédération des particuliers employeurs de France).

Un décret n° 2016-74 du 29 janvier 2016 (JO du 31 janvier 2016), a créé un nouveau diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social qui remplace le diplôme d’État d'auxiliaire de vie sociale (AVS) et l’a fusionné avec le diplôme d’État d'aide médico-psychologique (AMP).

Pour en savoir plus consulter notre dossier sur l’accompagnant éducatif et social.

Il existe des formations diplômantes pour les aides à domicile. Elles ne sont pas rémunérées sur la même base que les auxiliaires de vie sociale appelées maintenant Accompagnant éducatif et social. Elles accompagnent et aident les personnes dans les actes essentiels de la vie quotidienne, dans les activités ordinaires de la vie quotidienne,  dans les activités de la vie sociale et relationnelle, dans la gestion des démarches administratives. 

L’aide à domicile est investie des mêmes tâches mais n’est pas titulaire du diplôme. En pratique c’est au niveau de la rémunération que s’établit  la différence.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

germain

08/08/2016 16:08

risques


à noter que les études sur les accidents du travail de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie montrent une sinistralité importante dans le secteur des services à la personne, un indice de fréquence des accidents du travail supérieur à la moyenne : voir \"La prévention des risques professionnels dans les services à la personne\" : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=241



anne-sophie

05/06/2016 08:06

avs


Je viens de lire votre article très intéressant mais dans la réalité les choses ne se passent pas tout à fait comme ceci les glissements de taches ,les tâches de femme de ménage sont notre quotidien
Les choses ont bien changées en une vingtaine d'année les fonctions BEP carrières SS,AVS,MHL,IDE et AS se mélangent largement malheureusemen
Cordialement une AVS en colère et déçue



Sissi

05/06/2016 07:06

AVS


Bonjour .... Un Agent à domicile ne se substitu pas à un ADVF ou à un AVS .... Un ADVF ne se substitu pas à un agent à domicile ou un AVS .... Un AVS ne se substitu pas à un Agent à domicile ou à un ADVF .... Chacuns soient respecter sa catégorie professionnelle.... La non reconnaissance de ses métiers ainsi que le perpétuel glissement de tâches rend nos interventions compliquées.... Le secteur du domicile est de pluse plus boudé par les professionnels.... Bonne journée. Guillemot Sylvie.



VERO

04/05/2016 08:05

Fille d\'une personne porteuse d\'une maladie cognitivo-mnésique


Merci de renseigner sur les différences de fonction car lorsque l'on a une aide-ménagère ou aide à dom,elle devient forcément assistante de vie ou auxiliaire de vie dans les tâches à remplir auprès de la personne Il n'y a pas que le salaire ou le diplôme qui change, c'est surtout la confiance qui s'est établie à plus ou moins long terme avec la personne malade qui compte et donc la relation aidant/aidé qui est essentielle!
V.Jorez-Pesnel.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -