Agevillage

Autres formes de participation prévues par le Code d'action sociale et des familles (CASF)

Citoyennage :« Les personnes âgées s’expriment les professionnels écoutent »


Partager :

Crée en 1997 en Ile de France, l’association Citoyennage est soutenue par l’AD-PA et plus récemment par la CNSA. Elle rassemble 15 établissements dans sa région d’origine et maintenant une vingtaine en Auvergne et 10 dans le Centre.

L’intention est de permettre aux personnes résidant en établissement d’exercer leur droit de citoyen malgré le handicap lié à l’âge. Ces résidents, mieux que personne, peuvent parler de la vieillesse, des difficultés qu’ils rencontrent dans leur quotidien et des moyens de les atténuer. Parler, s’exprimer, s’informer permet d’améliorer la qualité de vie dans les établissements.

Les deux spécificités de citoyennage :  la tenue d’un Conseil des résidents dans ses établissements membre et l’organisation d’un colloque.

Le point d’orgue de citoyennage est un colloque annuel de 2 ou 3 jours où des résidents d’établissements se retrouvent dans un lieu convivial pour discuter d’un thème. Une première rencontre générale permet de choisir le thème de l’année. Des réunions dans chaque établissement membre de Citoyennage encouragent les échanges sur la vie en résidence et l’approfondissement du thème. La synthèse élaborée à la fin du colloque comporte des propositions concrètes des résidents pour que chaque établissement se l’approprie.
Parmi les thèmes abordés
1996 : la participation  à la vie de l’établissement
1999 ; vivre à domicile, vivre en «établissement, à quelles conditions ?
2001 : quelle place pour la personne âgée dans la société aujourd’hui ?
2004 : l’animation et la vie sociale
2006 : la place et l’action de  la famille, les liens avec l’entourage
2009 : Auvergne : rester citoyen en maison de retraite
2010 ;  Centre : la solidarité en établissement
2010 : Ile de France – Garder l’esprit ouvert … pour continuer de s’épanouir

« Lorsqu’on nous donne la parole, nous osons plus facilement nous exprimer, nous sommes en confiance. A condition cependant d’être vraiment écoutés et de constater les résultats de nos discussions » (colloque IdF 2003).

Pour qu’il y ait des résultats tangibles, il est important que la synthèse contienne des propositions concrètes. En voici quelques-unes, concernant  …
l’arrivée en établissement,
- « Lorsqu’on entre en maison de retraite le changement peut être brutal et perturbant, on se retrouve vite perdu et on ne comprend pas toutes les informations. Il est donc important de s’accueillir les uns les autres » (Auvergne 2009). Les résidents franciliens proposent : « les comités d’accueil, dîners aux chandelles ou déjeuners d’accueil qui existent dans certaines résidences sont de bonnes occasions de faire connaissance et d’expliquer le fonctionnement de l’établissement » (IdF 2003).
« Pour favoriser notre intégration dans l’établissement puis notre vie à l’intérieur, nous proposons plusieurs idées : mettre en place une pré-admission où nous pourrions visiter les locaux, faire connaissance avec les professionnels, la direction et les autres résidents, […] éviter les entrées le vendredi pour ne pas être seul le week-end où le personnel et les activités sont réduits. » (Auvergne – 2010)
- leur implication dans l’établissement, les résidents franciliens notent : « que les personnes se persuadent bien que ce n’est pas parce qu’on est vieux qu’on n’est plus bon à rien. Dans chacun d’entre nous il y a des choses bonnes que l’on peut apporter. » (IdF-2008)
leur implication dans les organes institutionnels des établissements, des avis partagés :
- « Pour certains, le conseil de la vie sociale permet de s’exprimer. Pour d’autres, ce qui est dit dans ces réunions reste un mystère. Il faudrait donc préparer ce conseil avec un ordre du jour distribué à l’avance, une réunion de préparation et un compte-rendu ». (Auvergne – 2009)
- « Le Conseil de la vie sociale et le conseil d’administration ne nous paraissent pas suffisants. Beaucoup de résidents se sentent peu concernés et mal informés. Ce sont des instances importantes, obligatoires. Il est important que nous y soyons représentés, c’est une question d’égalité. Mais nous nous sentons noyés par des sujets trop éloignés de nos préoccupations quotidiennes. La prise de parole n’est pas facile, on ne comprend pas tout. Et il n’est pas simple de parler au nom des autres résidents quand il n’y a pas de réunion de préparation. » (IdF – 2009)
 l’information (thème récurrent)
- « Pour nous impliquer, il faut que nous soyons bien informés. Or nous manquons encore d’information sur ce qui nous concerne ». (IdF – 2008)
- « En particulier, nous tenons à être informés lorsque l’un d’entre nous décède. Cela ne doit pas être tabou car la mort fait partie de la vie. Nous souhaitons à notre manière pouvoir accompagner la personne jusqu’au bout. » (Auvergne – 2009)
- « Dans le domaine médical, nous aimons être prévenus de l’heure des soins ou de la visite du médecin. Nous n’osons pas toujours demander des précisions aux soignants sur notre état de santé ou demander le double de notre ordonnance. De même, nous regrettons de ne pas toujours choisir notre médecin traitant. » (Auvergne – 2009)
 
l’ouverture sur l’extérieur« Nos établissements doivent être des lieux ouverts qui favorisent la venue de personnes extérieures (bénévoles, exposants…) et préservent notre liberté de mouvement. » (IdF – 2004)


Les résidents d'établissements membres de citoyennage ont proposé la mise en place de Conseil des résidents. Jugeant insuffisantes leur participation aux Conseils de la vie sociale et leur représentation aux Conseils d'Administration, compte tenu des difficultés qu'ils y rencontrent 'voir ci dessus.
Cette instance informelle dans laquelle seuls les résidents sont invités à s’exprimer leur permet d’évoquer leurs préoccupations, leurs remarques sur tout point qu’ils mettent eux-mêmes à l’ordre du jour.
Cette réunion est un temps de rencontre et de réflexion entre résidents qui leur permet de s’exprimer et de définir les condition d’une vie en communauté harmonieuse. Il peut être animé par un psychologue, un animateur ou le directeur de l’établissement et se déroule à fréquence régulière avec des comptes rendus distribués aux résidents et disponibles pour ceux qui souhaitent en connaître les débats. »

Contact
Laure David 01 55 12 17 29



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

CfanLaRochelle

22/09/2012 15:09

DEMANDE DE DOCUMENTS


POUVEZ VOUS ENVOYER CES ARTICLES A LA MAISON RESIDENCE DE BEAULIEU : 15, rue Eugène Delacroix - 17138 - PUILBOREAU



fournier

26/05/2011 12:05

mirage des enquetes


Comment peut on parler d'enquetes de satisfactions quand ces memes enquetes sont a l aide d'un questionnaire interne a cocher des cases ...de qui se moque t'on?




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -