Agevillage

Maladie d'Alzheimer : réagir face à la perte de repères

Compenser la désorientation dans le temps et l'espace


Partager :

Au fur et à mesure que la démence progresse, la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer perd la notion du temps. Elle ne connaît plus la date, confond les saisons... Elle peut demander l'heure dix fois par jour, machinalement, sans raison apparente. Elle ne peut plus raconter sa vie chronologiquement. Elle peut aller se coucher à 17 heures et faire des courses à 23 heures. Dans la famille, l'inquiétude et la fatigue psychologique augmentent : "Qu'est-ce qu'on va devenir ? "

Ensuite, survient la désorientation spatiale : la personne sort pour aller à un endroit habituel (chez ses enfants, acheter le journal, etc.), mais il lui est difficile de retrouver son chemin. Elle arrive à la maison déçue, triste et angoissée.
Un peu plus tard, elle se perd sur le chemin du retour... et se demande : "Où suis-je ? " ; " Qu'est-ce que je fais là ? " ; " Où est-ce que j'habite ? " Le jour arrive où elle se perd dans son appartement, ne se rappelle plus où se situent les toilettes, la salle de bains; où sont accrochées les serviettes ni où sont rangés les draps. Elle perd ses affaires, ne s'habille plus, ne se lave plus, ne sait plus reconnaître la droite de la gauche...

Aménager les zones à risques :
- Déplacements : main courante adaptée pour faciliter les déplacements ; fenêtre doublée par une bande de vitrage, permettant d’ouvrir la fenêtre et de voir à l’extérieur ; ouverture de la porte de sortie commandée par un clavier numérique ;

- Brûlures : cuisinière à plaques chauffantes électriques à la place du gaz, avec système de double commande ne permettant la chauffe maximum (risque de brûlure) que si on actionne un bouton dissimulé ; les fours sont une des causes les plus importantes de brûlures et d’incendie ; mitigeur thermostatique pour obtenir de l’eau chaude tempérée afin d’éliminer tout risque de brûlure ;

- Divers : chauffe-eau électrique pour éviter le danger d’asphyxie ou l’explosion ; panneau vitré entre la cuisine et le séjour permettant une surveillance quand le malade est à la cuisine; il vaut mieux laisser la salle de bains aussi nue que possible, et donner shampooing, serviettes supplémentaires, nécessaire pour prothèse dentaire, crème à raser... lorsque la personne âgée en a besoin. Avec l’évolution de la maladie, même la serviette, le savon, la brosse à dents et le dentifrice peuvent être utilisés de manière inadaptée.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -