Agevillage

Maladie d'Alzheimer : dispositifs de géolocalisation pour éviter les disparitions

Comparatif réalisé par l'INC en novembre 2011


Partager :

 

Conso mag géolocalisationBracelet, médaillon, téléphone quelle que soit sa forme, un dispositif de géolocalisation doit permettre à une personne égarée d’appeler une aide et à ses proches de la localiser. L’Institut national de la consommation avec le soutien de la Fondation MAIF a testé et comparé 8 dispositifs. De gros progrès restent à faire dans l’offre tant au niveau de la performance des dispositifs qu’au niveau des contrats dont les durées sont inadaptées. A ces aspects techniques et juridiques actuellement grandement insuffisants s’ajoute la considération éthique du port d’un tel équipement qui elle aussi reste à affiner.

L’appareil de géolocalisation est l’une des solutions à envisager pour répondre aux problèmes des personnes désorientées.
Le porteur du dispositif doit pouvoir l’utiliser facilement et ainsi être rassuré s’il s’égare. De même un proche sera rassuré de pouvoir localiser un parent s’il apparait que celui-ci s’est perdu.
La question éthique se pose d’emblée car si une personne qui craint de se perdre parce qu’elle est consciente de souffrir de légers troubles cognitifs peut accepter de porter un tel dispositif , voire de le souhaiter (à condition que cela n’apparaisse pas comme un « truc pour malade » ou à « un bracelet carcéral » ou un « équipement canin »,  comme l’ont notifié les personnes âgées qui ont participé à l’étude terrain), il peut ne pas en être de même pour des personnes âgées souffrant de troubles cognitifs sévères à un stade avancé de la maladie d’Alzheimer, par exemple.
Des questions éthiques qui resteront immanquablement à préciser après que les questions techniques (efficacité, performance des dispositifs) et juridique (contenu des contrats) aient été résolues.

Les 8 appareils sélectionnés pour l’essai comparatif ont été examinés par des ergothérapeutes. Aucun n’a été jugé adapté à la problématique des personnes désorientées : manque de souplesse du paramétrage des coordonnées de l’aidant, absence de la fonction GPS, besoin d’un triple clic pour appeler … L’aspect téléphone simplifié, en revanche est appréciable et apprécié.

Trop d’imprécisions et d’insuffisances techniques. Les appareils relient le porteur à une plateforme d’assistance ou à une personne référente (proche aidant) afin d’engager une conversation qui permet de rassurer le porteur et de le localiser. De appels à la plateforme inaboutis, une qualité de communication téléphonique médiocre, une localisation très approximative, une autonomie du dispositif beaucoup trop faible…

Des contrats qui « désorientent » les juristes ! Appareil vendu ou prêté ? Services assurés ? Coût ? Des clauses très floues.  Des durées de contrats de 12 ou 24 mois, en inadéquation avec la probable évolution de la pathologie du porteur.  Quant à la forme alors que ces documents s’adressent à des personnes âgées, les caractères sont on ne peut plus petits.  L’INC recommande d’éviter la souscription par internet ou téléphone qui ne permet pas la nécessaire évaluation individualisée et de se tourner vers un professionnel censé préconiser le système le plus adapté à l’utilisateur.

Cet essai souligne la nécessité et l’urgence d’améliorer les offres de diapositifs de géolocalisation en fixant des exigences en matière d’information de performances et de qualité de service. Les fabricants doivent proposer des produits personnalisés, adaptés aux spécificités de chaque personne souffrant de troubles cognitifs, conçus pour elles et accompagnés de notices d’emploi intelligibles. Les contrats doivent être plus clairs sur les services comme sur les tarifs, prévoir des durées adaptées aux pathologies et de périodes d’essai et reconnaitre explicitement des motifs de rupture légitimes conclut l’INC qui précise qu’ au vu de ces résultats il  demande la création d’une norme pour encadre les dispositifs de géolocalisation et assainir les contrats et la commercialisation.

Les 8 appareils testés
E-Medicis Témo - Enligne Assistance Vega - Espace Mobilité Locate Box Solo - Geocalise Saver Life - Geophone Geophone Pack Sénior - Geotraceur Geo-300 - Geocalise Helpi A320 GPS - Geocalise Mobiltel GPS
Découvrir les fiches du diagnostic posé par l’INC sur chacun de ces appareils

Voir aussi l’émission (clip video)  sur le site conso.net  ou en cliquant ici



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -