Agevillage

Le rôle de l'aidant


Partager :

On appelle aidant familial la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement, à un proche malade ou handicapé. Cette aide à la vie quotidienne peut prendre des formes diverses : toilette, soins, démarches administratives, soutien psychologique, activités domestiques, vigilance, coordination des différents intervenants à domicile…

Le vieillissement de la population implique une augmentation programmée du nombre de personnes âgées ayant besoin d’aide. Des personnes qui souhaitent vieillir à domicile le plus longtemps possible.
Les familles s’impliquent déjà naturellement auprès de leurs proches. Elles seront de plus en plus sollicitées à  l’avenir en raison de la tension économique. 3,6 millions de personnes âgées de 60 ans ou plus, vivant à domicile sont aidées régulièrement dans les tâches de la vie quotidienne en raison d’un problème de santé ou d’un handicap. Il s'agit d'une aide financière ou d'un soutien moral. Huit personnes âgées sur dix reçoivent au moins l’aide de leur entourage et cinq sur dix au moins celle de professionnels. Le recours à une aide est aussi fortement lié à l’âge de la personne aidée et à son degré de dépendance. La moitié des personnes âgées aidées reçoit l’aide d’un seul aidant, qu’il soit professionnel ou de son entourage.

Accompagner un proche à domicile est un engagement lourd qui peut transformer radicalement le quotidien des familles et les mener à l’épuisement si le temps n’est pas partagé ou qu’aucune structure ne les épaule.
Beaucoup de questions surgissent : la maladie et la perte de repères, la place et le rôle des enfants face à leur parent vieillissant, les conduites à tenir en matière de vigilance, d’aide, de distanciation, de préservation de l’intimité… Des professionnels sont là. Ils peuvent vous aider, vous guider, vous soutenir.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Agevillage

12/05/2016 09:05

Réponse à nanou911


Bonjour,
Je vous invite à déposer votre appel à témoignages sur nos forums.
Cordialement,
Agevillage



nanou911

12/05/2016 08:05

Témoignage sur Alzheimer


Bonjour,
je suis bénévole France Alzheimer et je prépare la journée mondiale Alzheimer qui aura lieu en Septembre et je recherche des témoignages et/ou des poèmes de malades et/ou d'aidants pour faire des lectures théatralisées merci de votre aide



Deseperada

21/04/2016 13:04

suite


j'espère simplement que votre modérateur laissera tel quel mon témoignage de la souffrance et de la détresse dans laquelle je me trouve aujourd'hui , pour avoir spontanément répondu à la supplique de mes 2 parents très âgés lourdement invalides et dépendants (Alzheimer et AVC) terrorisés a l'idée de finir leur jours en "Epadh-mouroir" (même de luxe, "mouroir" quand même) et à leur souhait légitime de de finir dignement leur vie chez eux dans "leur maison" parmi leurs souvenirs et leurs "repères , Sans savoir ce qui m'attendait "pendant et "après " car ma galère est encore pire maintenant et je suis toujours aussi seule, démunie de moyens et abandonnée en "burn total" et en "deuil a retardement très douloureux à face l'avalanche de graves problèmes familiaux, administratif , affectifs et matériels ainsi que de santé qui me tombent "sur la tête " sans qu'aucune assistante sociale ni aucun organisme ne veuillent m'aider à y faire face !



Desesperada

21/04/2016 13:04

On en souffre et on en meurt ...


2)- ceux qui les accompagnent au quotidien dans leur calvaire, parce qu'ils reçoivent impuissants les effets de cette horrible désagrégation humaine en plein visage et en plein coeur au fil des jours et des nuits passées sinistrement dans l'antichambre de la mort , DRAMATIQUEMENT "SEULS" ET "ABANDONNÉS" FACE à elle et son cortège de peines et de chagrins devenus leur miroir du futur et de leur quotidien, parce que "L'AIDE OFFERTE" AUX AIDANTS FAMILIAUX NATURELS N'EST JAMAIS ADAPTÉE A LEURS RÉELS BESOINS et parce qu'ils n'EXISTENT PAS au regard de la LOI POUR FAIRE VALOIR LEUR DESARROI, LEUR PÉNIBILITÉ ET LEUR INTENSE SOUFFRANCE, DUES NON SEULEMENT 1)-à LA DESTRUCTION IRRÉVERSIBLE DE LEURS PROCHES, mais à L'INHUMAINE CONCEPTION ( sous de Grands Mots "placébo" qui ne soignent pas Les Grands Maux auxquels ils sont confrontés MAIS SURTOUT 2)-AUX CARENCES D'UN SYSTÈME INADAPTÉ , "administratif","cloisonné","robotisé", "procédural et n'offrant que des services "commerciaux" d'aide a la personne dont nous n'avons aucun besoin ni envi , des prises de parole qui n'apportent rien que de la perte de temps car parler de ses problèmes ne les règle pas sans "aide" concrète adaptée aux problèmes cruciaux de l'aidant qui ne sont pas les m^mes pour tous car chaque histoire et chaque individu sont "uniques" 3) -l'INDIFFÉRENCE "administrative de intervenants "fonctionnarisée" et des très mal nommés "PROFESSIONNELS DE LA DEPENDANCE " qui "travaillent" tous déconnectés des uns des autres autour d'un "aidé", méprisant éhontemment son"aidant alors qu'ils devraient tous "TRAVAILLER" EN RÉSEAU AVEC LUI AUTOUR DE L'AIDÉ. LE BINOME "AIDANT"AIDÉ est indissociable et le bien être de l'aidé dépend de celui de l'AIDANT quiq DANS LE SYSTÈME ACTUEL N'EST PRIS EN COMPTE À SA JUSTE VALEUR --> NI PAR LE TRAVAILLEURS DU SECTEUR SOCIO MEDICAL --> PAR LES "DECIDEURS" et LES Politiques Nationaux et Territoriaux la pire horreur puisse s'entendre dire ' c'est qu'à la mort de l'aidé il n'est "plus "aidant", comme si d'un claquement de doigt, la disparition du premier le rayait définitivement de ce monde !! alors qu'il porte à jamais sur lui et en lui, dans son corps, dans le coeur et dans l'esprit, la marque et les cicatrices irréversibles des blessures et du poids des heures, des jours, des mois et des années d'usure et de souffrance, et que son "capital- vie" déjà réduit par le temps passé au chevet de ceux qu'il aimait et dont le deuil est difficile, est à présent réduit par sa propre vieillesse , sa propre fragilité ( aggravé d'une avalanche de problèmes qui le désarçonnent encore plus "après" que "pendant" (mais dont "on" ne parle jamais, et que l'on n'envisage même pas !!!.. ils existent pourtant et ils le conduisent, toujours dans l'indifférence et la pire des solitudes, jusqu’à sa propre vieillesse et à sa propre mort, toujours ( et encore ) sans aucune aide ni reconnaissance de son dévouement "normal" pour ceux qu'il s'est usé, par affection , à accompagner dignement jusqu'à leur fin . Si l'on veut vraiment "aider " humainement et non "commercialement " et "virtuellement" les Aidants familiaux ,TOUT EST À REVOIR DE A à Z DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE DES PERSONNES ÂGÉES qui n'a rien à voir avec celle des personnes handicapées ou victimes de terribles maladies. Il faut des secteurs d’étude et de prise ne charge différents Et c'est avec les aidants eux mêmes que le "plan " doit être mis en place, et non par des "décideurs hors terrain" loin des réalités des diverses situations. Les "Aidants "ont avant tout besoin de RECONNAISSANCE OFFICIELLE "PENDANT " ET APRÈS pour être "vraiment" soutenus et"protégés", AFIN DE POUVOIR SURVIVRE À UNE ÉPREUVE EXCESSIVEMENT TRAUMATISANTE QUI TOMBE SUR LES FAMILLES COMME UN CATACLYSME , PROVOCANT DES RÉACTIONS PLUS OU MOINS "VIOLENTES "ET "BRUTALES " CHEZ LES AUTRES MEMBRES DE LA FAMILLE DONT L'AIDANT FAIT AUSSI LES FRAIS MAIS DONT ON NE PARLE JAMAIS IL y a trop de "commercialisation" et d'angélisme "publicitaire autour de la dépendance qui est d'une "laideur" abominable et dont la face noire est délibérément tenue cachée !



Petite aide

23/03/2016 13:03

Mémoire de licence


Bonjour à toutes et à tous,

Je suis actuellement en licence professionnelle Famille Vieillissement et Problématiques Intergénérationnelle. Dans le cadre de mes études nous devons élaborer un mémoire. J'ai donc choisi que m'orienter sur le thème des aidant naturels. J'aurai simplement une question, pour vous être aidant c'est quoi? Comment expliqueriez vous votre rôle ? Je remercie d’avance les participants.
ISSEMANN Sarah




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -