Agevillage

Les droits des malades en fin de vie


Partager :

Qu’il s’agisse d’arrêter, de limiter le traitement (hydratation et nutrition incluses) ou de recourir, sous certaines conditions, à une sédation profonde et continue, le médecin doit avant tout respecter la volonté du patient, exprimée par lui-même ou via ses directives anticipées.


En l’absence de directives anticipées, ou si le médecin les juge «manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale », il doit engager une procédure collégiale avec les membres de l’équipe soignante.

Cela signifie que :
•    La prise de décision doit associer au moins un autre médecin :
- non impliqué dans les soins au patient en fin de vie
- n’ayant aucun rapport hiérarchique avec le premier médecin
•    L'équipe soignante doit être concertée.
•    Le médecin doit consulter la personne de confiance nommée par le patient et informer la famille.

A noter : la procédure collégiale quant au recours à la sédation profonde peut être engagée à la demande de la personne en fin de vie ; celle qui concerne l’arrêt des traitements à sa demande ou à celle de sa personne de confiance.

Pour en savoir plus : « Accompagner la fin de vie ; s’informer, en parler » au 0 811 020 300  (prix d’un appel local) ou sur le site du Centre National des Soins Palliatifs et de la Fin de Vie



LES LIENS UTILES

Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie

La plateforme interactive de référence sur les soins palliatifs, la fin de vie, la mort et le deuil pour les particuliers et les professionnels.

Numéro d'appel national  :  0811 020 300 (prix d'un appel local) pour s'informer, être orienté et être écouté.

Sur www.soin-palliatif.org : consulter les dossiers d'informations, conseils pratiques et fiches "Vos droits".


Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie
Fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon – Centre FXB
35 rue du Plateau 75958 Paris cedex 19
Tel. 01 53 72 33 00

Forum Agevillage : Accompagner la fin de la vie

Vous accompagnez une personne en fin de vie. Vous êtes concerné par une maladie grave ou un deuil. Vous ressentez le besoin de vous informer, d’échanger avec d’autres personnes, de vous sentir écouté : ce forum offre un espace d’expression et d’échanges sur les questions de la fin de vie, des soins palliatifs et du deuil.

Modérateur :  Vos questions, vos témoignages, vos réflexions seront aussi entendus et modérés par une équipe de la Plateforme Ecoute-Info du Centre National De Ressources Soin Palliatif.




Partager :


Vos réactions

sonjaline

04/03/2014 12:03

Décision médicale


oui, la loi reste celle d'une médecine patriarcale, où le médecin décide à notre place, même avec des directives anticipées, qu'il peut ne pas suivre. certains disent qu'on change d'avis ou qu'on aurait changé d'avis... mon expérience, grande, d'accompagnement de personnes, montre le contraire, ceux qui ne veulent pas d'acharnement restent dans cette idée, lorsqu'elle est bien réfléchie, ceux qui demandent une aide à mourir rapidement ne changent pas d'avis, c'est leur philosophie de vie: pas de prolongation inutile, pas de vie sans la qualité qu'ils ont recherché toute leur vie de toutes façons, la loi prévoit la possibilité de changer d'avis et de les réécrire à tout moment, comme pour un testament donc pas de gêne à écrire çà un jour et autre chose le lendemain. mais de là à ce que des médecins puissent ne pas appliquer les directives écrites (donc pensées) en supposant que la personne (qui ne peut plus s'exprimer) aurait pu changer d'avis, ou en imposant sa volonté en niant la capacité d'expression sensée de la personne (pour des directives orales), cela me scandalise! et j'ai rencontré cette situation trop souvent on infantilise à tort les personnes fragiles (physiquement) alors qu'elles savent bien ce qui leur convient ou pas médecin encore patriarcale! dommage pour ses clients!



Manou

26/11/2013 12:11

Oui , mais...


Vous avez 82 ans et heureusement en bonne santé.La loi donne des droits aux personnes malades et en fin de vie qui vous permettent de refuser , suspendre ou arrêter un traitement. Si les médecins ont le devoir de soigner, tous traitements disproportionnés ou inutiles sont interdits, de même que l'obstination déraisonnable. Vous avez rédigé vos directives , qui témoignent de votre réflexion et de ce que vous souhaiteriez ou ne souhaiteriez pas en fin de vie. Les événements de la vie nous demandent sans cesse adaptation, réaction . Personne ne peut estimer d'avance, anticiper sa réaction lorsque ceux-ci nous touchent. Mon expérience de bénévole accompagnante constate le fait que lorsque la fragilité , et nous sommes tous fragiles quelque soit l'âge etc.., nous toute, cela change tout. Alors oui , faites évoluer sans cesse vos directives. En sachant que ce que vous y consignez aujourd'hui ne sera sans doute pas ce que vous voudrez demain, en fonction de ce que vous vivrez alors. Personne ne peut prédire demain, et souvent les convictions ne sont plus les mêmes. Les liens maintenus en fin de vie, les soins au sens le plus large possible, les projets (même les plus infimes) contribuent à apaiser, aident à vivre ce qu'il y a à vivre.



tantegi

15/09/2013 15:09

Le droit de choisir


je suis étonnée en lisant cet article de voir que la décision final reste au médecin. Alors pourquoi faire un testament de fin de vie, pourquoi renouveler tous les ans une demande d'abandon de soin en fonction des critères que l'on a choisit si en fin de compte un médecin se permet de contrer notre choix. De quel droit peut-il décider pour nous ? Depuis plus de 20 ans j'ai sur moi MES décisions concernant ma fin de vie. je réitère tous les ans, par signature ( malheureusement décrétée sans valeur) mes dernières volontés. Quelle tranquillité d'esprit si l'on pouvait avoir la certitude que notre choix soit respecté. J'ai 82 ans, encore en bonne santé, depuis un mois en Résidence maison de retraite et je sais maintenant je ne veux pas devenir centenaire. Alors adieu les prolongations et les soins inutiles. J'espère mourir en bonne santé (petite dose d'humour)




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -