Agevillage

Aide aux retraités en situation de rupture (ASIR)

Une aide des caisses de retraie


Partager :

Qu’est-ce que l’aide en cas de situation de rupture ?
 
Cette aide s’adresse aux retraités du régime général qui sont encore autonomes mais qui traversent une situation difficile. Ils ressentent le besoin d’être aidés à leur domicile, d’être accompagnés dans leurs démarches pour faire face notamment à :
 
  • la perte du conjoint ou d’un proche ;
  • la longue hospitalisation du conjoint ou son installation en maison de retraite médicalisée ;
  • la nécessité d’un déménagement.
Quelles sont les prestations proposées ?
Il s’agit d’un dispositif d’aides personnalisées, mises en place selon vos besoins, sur une période de 3 mois :
  • pour vous aider chez vous : aide ménagère, courses, service de repas… ;
  • pour vous soutenir moralement : soutien psychologique assuré par un professionnel ;
  • pour vous accompagner dans les formalités administratives : conseils et aides pour accomplir les démarches administratives liées au décès du conjoint ou d’un proche, au changement de domicile, au déménagement… ;
  • pour sortir de chez vous : accompagnement aux transports et aux sorties, aide aux vacances... ;
  • pour prendre soin de vous: ateliers nutrition, mémoire, équilibre et prévention des chutes… ;
  • pour vous sécuriser : équipement d’une téléalarme…
Les prestations sont assurées par les intervenants de votre choix. Si vous n’en connaissez pas, n’hésitez pas à demander conseil au professionnel qui se rend chez vous pour évaluer vos besoins ou à contacter votre caisse régionale.
 
Quel est le montant des aides ?
Le plafond des dépenses s’élève à 1 800 euros par bénéficiaire et par an. Il comprend la participation de votre caisse régionale et votre participation qui dépend du niveau de vos revenus et peut varier entre 10% et 73%.
 
 
Quelles sont les conditions pour en bénéficier ?
Pour bénéficier de l’aide en cas de situation de rupture, vous devez :
  • être titulaire d’une retraite du régime général à titre principal ;
  • être âgé d’au moins 55 ans ;
  • rencontrer des difficultés dans la vie quotidienne.
Par ailleurs, vous ne devez pas percevoir ou être éligible à :
  • la prestation spécifique dépendance (PSD) ;
  • l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) ;
  • l’allocation compensatrice pour tierce personne (ACTP) ;
  • la prestation de compensation du handicap (PCH) ou la majoration pour tierce personne (MTP) ;
  • l’allocation veuvage ;
  • l’hospitalisation à domicile ;
  • ni être hébergé dans une famille d’accueil.
 
Important ! Votre demande d’aide doit être faite moins de 6 mois après la survenue de l’événement responsable des difficultés que vous traversez.
 
Quelles démarches effectuer ?
Auprès de votre caisse régionale, vous devez vous procurer un dossier de demande d’aide en cas de situation de rupture. Une fois dûment complété, vous adressez votre dossier à votre caisse qui l’étudie dès réception.
 
L’évaluation des besoins à votre domicile
Si vous remplissez les conditions administratives, votre caisse régionale mandate une structure qui vient chez vous pour évaluer vos besoins. Un professionnel de l’évaluation vous contacte alors pour prendre rendez-vous. Lors de sa visite, il envisage avec vous les services susceptibles de vous aider à surmonter la situation difficile que vous traversez. Il se tient également votre disposition pour vous offrir des conseils pratiques et vous orienter vers des interlocuteurs adaptés qu’il s’agisse de santé, de lien social, de démarches juridiques ou administratives… Il peut notamment vous conseiller des prestataires pour intervenir à votre domicile si vous n’en connaissez pas.
 
L’accord de votre caisse régionale
Après étude des recommandations transmises par l’évaluateur votre caisse régionale vous informe de la nature et du montant des aides qui vous sont accordées.
 
La Favec, un partenaire pour vous aider
 
Depuis 1949, la Fédération d’associations de conjoints survivants accueille, écoute, informe, accompagne les personnes en situation de veuvage. Apolitique et non confessionnelle, cette fédération est reconnue d’utilité publique depuis 1956. Grâce à son réseau de 94 associations départementales, elle dispose de nombreux points d’accueil pour recevoir les conjoints survivants. La Favec constitue un interlocuteur privilégié pour répondre à toutes les questions d’ordre administratif et juridique tout comme elle assure un soutien psychologique pour faire face au deuil.
 
 
En savoir plus
 
Composer le 39 60 pour contacter sa caisse régionale.
 
 
Composer le numéro vert 0 800 005 025 (appel gratuit depuis un poste fixe) pour contacter la Favec, 7jours sur 7 de 11h à 23h.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -