Agevillage

Os et articulations

Les fractures


Partager :

La fragilisation des os entraine chez la personne âgée des risques réguliers de fracture.
  • La fracture de Poutteau Colles - ou fracture de la partie du radiusproche de la main - est fréquente chez la personne âgée. Une chute de sa hauteur sur la main suffit. La réduction de la fracture se fait manuellement (parfois avec une anesthésie locale). Un plâtre libérant le coude est mis en place et gardé en général 4 à 6 semaines.
  • La fracture non déplacée du col de l'humérus impose l'immobilisation durant 3 à 4 semaines, suivie d'une rééducation douce. Dans les autres cas, la chirurgie est nécessaire.
  • La fracture-tassement du rachis est fréquente, survenant après un effort minime sur un os touché par l'ostéoporose. Il faut néanmoins rechercher le facteur fragilisant redouté à cet âge qu'est la métastase (d'origine mammaire, prostatique ou pulmonaire). En son absence, une rééducation douce, éventuellement la mise en place d'un corset, vont éviter l'aggravation de la cyphose.
  • La fracture du bassin survient au cours d'une chute banale ou au cours d'un effort et touche les arcs antérieurs du bassin. La guérison est spontanée, sans chirurgie ou immobilisation. La seule complication de ce type de fracture réside dans l'atteinte du système génito-urinaire.
  • La fracture du col du fémur est une fracture redoutée de la personne âgée, car elle attente à l'autonomie. Là encore, une simple chute peut suffire. On doit insister sur l'importance de la mobilisation et du lever précoce, après la chirurgie, afin de ne pas handicaper l'avenir fonctionnel de l'articulation et du patient.
  • Les fractures de la cheville sont fréquentes. Une descente d'escalier, un traumatisme parfois minime peuvent suffire. Ces fractures sont souvent intra articulaires et nécessitent un traitement chirurgical pour restaurer l'articulation et pouvoir espérer une récupération fonctionnelle. Malheureusement l'arthrose et l'ankylose sont fréquentes en post-opératoire.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Flash

    07/03/2016 09:03

    doigt à ressaut


    Bonjour, J’ai eu, en août 2015, un doigt à ressaut à l’auriculaire droit et qui bloquait de plus en plus et devenait douloureux. J’ai essayé le compresses glacées, le Cicatendon, le baume du tigre, les bains d’eau chaude et l’homéopathie. Je n’ai eu aucun résultat positif. J’ai donc décidé de faire des cataplasmes d’argile à raison de 2 par jour d’une durée de 3h chacun. Le soir est donc le moment privilégié. Au bout de 2 mois mon doigt à ressaut à totalement disparu et à ce jour j’’utilise ma main comme si je n’avais jamais rien eu. Voilà un remède peu onéreux et sans aucun effet secondaire.



    Benjamin

    27/08/2014 15:08

    Doigt à ressaut


    Effectivement, comme le précise l'article, je me suis fais opérer par un ces chirurgiens : http://www.centre-chirurgie-main.com/pathologies/les-doigts-ressaut L 'opération s'est déroulée sous anesthésie locale et assez rapidement. Ceux qui souffrent de cette pathologie n'hésitez pas à franchir le pas. Bon courage



    Titine

    11/06/2013 12:06

    Prévention et solutions non médicamenteuses


    Je suis tout a fait d'accord avec la personne qui préconise l'ostéopathie pour limiter la prise de médicaments. L'activité physique est aussi une solution très efficace. Cela est bien expliqué dans le livre "GYM DOUCE EN POSITION ASSISE" qui est préfacé par un ostéopathe et un cardiologue. http://www.ed-amphora.fr/fr/product/gym-douce-relaxation-85/gym-douce-en-position-assise-10276



    osteobenj

    10/02/2013 10:02

    Les douleurs dues à l’âge : une réalité, pas une fatalité ! discutez en avec celles et ceux qui ont consulté un ostéopathe…


    Le corps subit à tout âge des modifications. L’organisme doit alors s’adapter en permanence à ces changements. Toutes les études faites sur le sujet confirment que trois seniors sur quatre souffrent de douleurs chroniques et celles-ci touchent à plus de 80% l’appareil locomoteur (articulations, muscles…). De fait avec l’âge, les ligaments sont moins élastiques, les cartilages s’usent et s’amincissent. Et cette évolution naturelle inexorable assez souvent est cause de douleurs articulaires, de difficultés motrices… et même des gestes simples de la vie quotidienne peuvent se transformer en galère. Les patients qui connaissent ces douleurs se plaignent du peu de solutions qui leur sont offertes. Ils en ont assez d’entendre que ces douleurs sont normales, qu’il leur faut faire avec, avec pour seul traitement un gavage au paracétamol ou anti-inflammatoire. Et chaque nouvelle étude ne fait que renforcer ce constat, et démontre qu’au regard de ce fatalisme collectif les douleurs continuent à évoluer et à augmenter. Lorsque l’on sait que l’OMS prédit vers 2050 une population de 65 à 85 ans qui sera multipliée par trois et un nombre de personnes de plus de 85 ans sera multiplié par sept , on ne peut plus accepter ce fatalisme, et on ne peut plus laisser taire que de plus en plus de seniors se tournent avec bonheur vers l’Ostéopathie qui, sans médicament, a su soulager leurs douleurs, mais a surtout permis à leur corps de s’user moins et de fonctionner mieux. Exercée par des praticiens formés, compétents, à l'écoute, l’Ostéopathie est un « art de soigner » qui s’adresse aux patients de tous types et de tous âges. Aux plus âgés elle permet d'utiliser au mieux le restant de leur capital vital, les aidant aussi à retrouver un confort fonctionnel au quotidien (marche, sport, activités culturelles et familiales). Un slogan adopté par des patients emballés : « l’Ostéopathie ajoute non seulement des années à la vie mais surtout de la qualité aux années. » Ceci n’est pas démenti par une étude de Santé Magazine d’octobre 2012 menée auprès de 600 patients qui a montré que des séances régulières d'ostéopathie permettent de faire baisser les douleurs chroniques de 50%, et en parallèle, la prise d'anti-inflammatoires de 37%. Benjamin Fonteix – Ostéopathe DO Six Fours -Le Brusc



    Risson

    13/12/2011 21:12

    doigt à ressaut


    Je souffre d'un doigt à ressaut , mon médecin me propose d'aller consulter un chirurgien , or je crains "le gros bras" car j'ai été opérée d'un cancer du sein et mon bras enfle en été. Comment peut-on soigner sans opérer, pour éviter un lymphoedème ? Merci !




    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -