Agevillage

Mobiliser la famille pour accompagner un proche âgé

Techniques pour mobiliser ses proches


Partager :

Vous cherchez à mobiliser vos frères et soeurs, oncles, tantes et cousins?

Conseil numéro 1 : "ne jouez pas les super(wo)man !"N'hésitez pas à avouer vos doutes et vos difficultés à affronter seul(e) les difficultés qui seprésentent.

Trois possibilités existent pour mobiliser vos proches dans une action collective.

Soyez convaincu d'une chose : il n'y pas de solution idéale et les problèmes seront rarement également partagés.

Investigation

Il s'agit de collecter l'information.
Quelles aides financières vont permettre de faire face aux dépenses de prise en charge? Quelles associations peuvent être mobilisées? Peut-on compter sur un support médical? Le bureau des personnes âgées au centre communal d'action sociale est-il compétent ?...
Le champ d'investigation est vaste et exige de la méthode. Ce site que vous consultez va vous faire économiser du temps.

En cas de maladie, recherchez l'association qui regroupe les familles des personnes atteintes du même mal. Ex : France Alzheimer pour la maladie d'alzheimer ou apparentées, France Parkinson pour la maladie de Parkinson... Retrouvez les principales associations d'aidants sur notre article Liens utiles.
Appelez le centre communal d'action sociale (CCAS) de votre mairie ou le CLIC, centre local d'information et de coordination gérontologique. Avec un peu de chance, vous aurez au bout du fil une personne compétente capable de vous orienter dans le maquis des aides à domicile et qui vous fournira des adresses utiles.

 
Appelez la caisse de retraite de votre parent en perte d'autonomie, des aides existent peut-être. 

Le médecin de famille peut (parfois) se révéler une source d'information fiable.

Contactez également le conseil général de votre département. C’est lui qui établit les dossiers d’APA, Aide personnalisée d’autonomie. Vous pouvez également vous le procurer auprès du CLIC, du CCAS ou de la sécurité sociale.

Pratiquez l'information de proximité. N'hésitez pas à échanger des informations avec toute personne ayant vécu une situation similaire. Vous serez surpris du grand nombre de personnes occupées à régler un problème identique au vôtre. Retrouvez les coordonnées des associations d'aidants dans nos liens utiles et dans notre agenda les prochains cafés des aidants.


Cellule de crise


Évaluez la perte d 'autonomie (test d'autonomie) de votre parent aussi précisément que possible. Demandez à vos proches de confirmer votre diagnostic. Multipliez les avis médicaux. Faites participer vos frères et soeurs à l'élaboration d'une solution.

Si vous êtes l'aidant principal, ne prenez pas les décisions seul (e) dans l’urgence.
Vous aurez besoin d'aide à l'avenir. Et cette aide se prépare maintenant. Informez donc vos frères et soeurs en permanence et sollicitez leur avis. Déterminez avec eux ce qui risque de se produire si rien n'est fait.

Évaluez le danger pour la personne âgée elle-même comme pour son soutien le plus immédiat.

Impliquez vos parents. Si l'état de santé mentale de votre parent âgé le permet, tenez-le informé en permanence des discussions en cours.

Il est important et logique qu'une personne âgée soit partie prenante des décisions qui la concernent. Exposez-lui également les relations que vous avez avec vos frères et soeurs et les difficultés que vous pouvez ressentir à vous sentir isolé(e). Ne manifestez ni rancœur, ni sentiments négatifs.
Vous comprenez les autres et vous demandez seulement qu'on vous rende la pareille.

Écoutez ce que vos frères et sœurs ont à dire.
Même si vous sentez que vous êtes le ou la plus qualifié(e) pour prendre les premières décisions, n'écartez pas les suggestions sans les examiner.

Cherchez en permanence des compromis.
Toute maladresse peut provoquer le découragement et enclencher un cycle classique : frustrés, vexés par vos réactions abruptes, vos frères et soeurs lâcheront pied progressivement. Vous les accuserez alors de vous abandonner sans voir votre part de responsabilité dans cet éloignement.




Décisions pragmatiques

  1. Evitez l'action pour l'action.
  2. Ne prenez aucune initiative sans vous être informé au préalable et en avoir pesé les conséquences.
  3. Si vous vous sentez submergé(e) par l'émotion, prenez conseil auprès d'amis, allez voir un psychologue...
  4. Si vous avez besoin de l'aide de vos frères et soeurs, dites-le clairement. Évitez le mode revendicatif (" oui, tu comprends, j'en ai assez de tout faire... ") qui mène droit au conflit. Demandez leur avis sur la suite à donner. Et s'ils n'en ont pas, expliquez bien que vous hésitez entre plusieurs pistes. Les faire participer à l'élaboration d'une solution revient à les impliquer et à les responsabiliser.
  5. Même si vos frères et soeurs vivent à distance, ils peuvent jouer un rôle non négligeable. La régularité de leurs appels téléphoniques montrera tout d'abord à vos parents et à vos autres frères et soeurs que la famille est mobilisée. Ils peuvent certainement se déplacer de temps en temps pour visiter votre père ou votre mère handicapé(e), et/ou le (la) recevoir pendant de courtes périodes.
  6. Si la distance s'avère un réel obstacle, une aide financière n'est pas à négliger non plus. Tenez-les informés régulièrement et vous verrez que leur soutien financier et psychologique peut avoir des conséquences positives pour tout le monde.
  7. Enfin, dès qu'il y a un problème, exprimez vos sentiments simplement et sans rancoeur. Plutôt que de reprocher à l'un ou à l'autre de vos frères et soeurs de ne " rien faire ", faites valoir combien votre rôle d'aidant principal vous épuise. Lancer un appel au secours au nom de la solidarité fraternelle vaut sans doute mieux que d'exiger une répartition exacte des corvées... sans avoir le pouvoir de l'imposer.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

CLAUDINE

07/12/2010 10:12

PEUT ON AVOIR DROIT A DES AIDES FINANCIAIRE


mon amie qui a 81 ans a la garde de sa belle soeur qui a 85 ans et elle est devenue grabataire c est a dire il faut l aider a tout elle n est plus capable de se prendre en charge cette personne est veuve des mines de lorraine elle a de bons revenus mon amie peut elle pretendre d aide financiers? merci de bien vouloir me renseigner mme viseux



cat

16/01/2010 05:01

la douleur des femmes


voila une simple interogation! comment faire pour entourer un des parents agés et malade en fin de vie sans trop montrer sa propre souffrance?



Dany

10/07/2009 08:07

comment lire les tests


Bonjour Merci pour ces précieuses informations. Comment peut-on lire le test d'autonomie ? on ne voit que le trame... de même le test pour voir le type de famille Merci




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -