Agevillage
  >   Actualités  >     >   La loi Delaunay sur le viei...

La loi Delaunay sur le vieillissement est lancée

Le gouvernement a ouvert vendredi le chantier de la réforme de la dépendance


Partager :

Conférence Loi autonomieLa garde et l'avant-garde étaient présentes vendredi au Ministère de la santé pour ouvrir le chantier de la loi autonomie.
Jean-Marc Ayrault en personne a annoncé, devant Marisol Touraine, Ministre de la Santé, Paulette Guinchard, présidente de la CNSA, Patrick Kanner, vice-président de l'Assemblée des Départements de France et Michèle Delaunay, ministre déléguée en charge des personnes âgées, l'ouverture de l'"un des plus grands chantiers du quinquennat". Un chantier qui concerne tout le monde car il est au coeur de notre modèle de société, insistant sur les valeurs de fraternité, de solidarité, de reconnaissance de nos aînés.

Le projet de loi devrait être conduit en deux étapes.

Dans la première étape seront engagées les mesures concernant le maintien à domicile (réforme de l'APA à domicile, mesures de prévention de la perte d'autonomie et d'adaptation de la société, mesures d'aide aux aidants).
Le gouvernement propose ainsi d'ouvrir l'accès de manière plus large aux « aides techniques », d'améliorer le forfait autonomie (APA : Allocation Personnalisée d'Autonmie) pour renforcer la présence humaine à domicile. Il comprendrait donc plus d'heures à domicile et des prestations diversifiées : l'idée est en effet de relever les plafonds d'aide pour améliorer l'accessibilité en allégeant les restes à charge. Il propose aussi l'instauration d'un « droit au répit » des aidants dans le cadre de l'APA et le développement des accueils intermédiaires (accueils de jour, accueils temporaires...)

Enfin la création d'un portail internet pour améliorer les dispositifs d'information, d'orientation et d'accompagnement des personnes âgées et de leurs aidants.

La 2ème étape de la réforme dont la mise en oeuvre sera prévue pour la seconde partie du quinquennat portera sur l'accompagnement et la prise en charge en établissement. Elle devrait intégrer des mesures permettant de réduire le reste à charge des résidents en Ehpad.

Pour Paulette Guinchard, présidente de la CNSA, "Vieillir c'est un temps de la vie, pas le temps du lit au fauteuil ou du fauteuil au lit". La vie doit être dans la vie. Cette loi doit pouvoir intégrer la notion de vulnérabilité car nous serons tous vieux un jour.

Michèle Delaunay a quant à elle insisté sur le défi que représente la longévité. Bientôt nous aurons "des hapy boomers, ou des wifi boomers. Nous devons créer une culture de l'autonomie".

Après quoi, elle a longuement évoqué la nécessité de mettre les âgés à l'abri du marché (notamment des arnaques à domicile, des assurances inutiles ou extravagantes...).
Enfin elle souhaiterait qu'il y ait plus de République auprès des âgés. Le petit enfant est accompagné dès son plus jeune âge : crèches, écoles, prises en charge des soins... L'Agé est quant à lui très isolé...

Il serait donc temps de s'interroger sur les évaluations réalisées ou pire sur les labellisations. Quels services et quelle qualité propose t-on à domcile ou en établissement ? A qui s'adresser et selon quels critères ?
Pour l'heure rien n'est dit sur le sujet...
 
Le calendrier est extrêment serré puisque la concertation devrait s'achever fin janvier pour une première présentation de la loi en avril 2014. 







mis à jour le



Partager :


Vos réactions

sprékélia

13/12/2013 10:12

Les socialistes n'aiment pas les vieux


Bonjour,
Par devant, on nous parle d'améliorer les conditions du grand âge et, par derrière, on organise sournoisement le génocide des vieux - en valorisant trop la jeunesse à qui on n'apprend pas à regarder les vieux, - en banalisant l'idée d'euthanasie quand le vieillard commence à coûter cher, - en n'ouvrant pas une rubrique dans les gazettes municipales réservée aux pensionnaires des maisons de retraite pour intimider les mauvais gestionnaires : on ne sait pas ce qui s'y passe et le personnel est souvent peu qualifié histoire de rentabilité. - en déremboursant les médicaments prescrits habituellement aux vieux (hypertension, cholestérol, arthrose...) pour les faire mourir plus vite afin d'équilibrer les comptes en douce, - en leur compliquant la vie : les vieux doivent se rendre eux-mêmes dans les déchetteries pour évacuer leurs déchets de jardin (on pourrait mettre des bennes dans les quartiers), - en n'aménageant pas les lotissements périphériques qui ont été construits pour de jeunes ménages depuis 1970, il n'y a ni bancs, ni trottoirs, ni commerçants sur place alors que les habitants ne conduisent plus et que les commerçants ne passent pas. - en déléguant la gestion du grand âge au secteur privé (qui enrichit d'abord ses actionnaires au détriment des pensionnaires), - en n'augmentant pas le nombre des juges des tutelles pour vérifier les comptes de chaque tuteur. Ils sont livrés à eux-mêmes, les notaires étant parfois de mèche ; - en laissant les vieux qui n'ont pas de famille à la merci de personnes des services à domicile pas toujours honnêtes, qui se servent dans les placards et prennent ascendant sur leurs employeurs en les infantilisant de force car il n'y a pas de témoin. J'ai très peur de vieillir et, pourtant, j'ai toujours payé mes impôts ! Au reste, je pense que les veuves ne devraient pas payer l'impôt foncier en totalité alors qu'elles n'ont plus qu'une pension et doivent assurer la maintenance de leur maison, la chauffer...



romans

12/12/2013 18:12

Un gouvernement qui perd pied


erreur les 0,3% prélevé qui viennent d'etre détourné de 600 millions d euros de la CASA par le gouvernement sous le prétexte que la loi n est pas voté ...De qui se moque t on????



Jean24

10/12/2013 15:12

Création d'emplois


Attention : cette "loi" n'est pas votée...et si il faut augmenter les impôts et taxes pour créer des emplois financés par l'argent public, c'est la politique de Gribouille




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -