Agevillage

Le Sénat rend l'APA récupérable sur la succession

Luc Broussy, délégué national PS aux personnes âgées, pointe de sombres réalités (franchises, "double peine" pour les familles) face au futur débat sur le cinquième risque


Partager :

Luc Broussy, délégué national aux personnes âgées au Parti Socialiste, a suivi les débats au sénat. Il a été un des premiers à interpeller les fédérations professionnelles sur cet amendement.

Selon lui, les sénateurs Marini et Artrhis, devancent l'appel du président de la République qui posait la question, le 18 septembre dernier,  du concours du patrimoine des personnes âgées (malades Alzheimer) pour le financement des services, des établissements.
"Du plan Alzheimer il n'est aujourd'hui sorti que de grandes annonces. Les décisions bien réèlles sont  les franchises médicales", rappelle Luc Broussy. Il estime que le débat sur le 5ème risque est d'ores et déjà  articulé autour d'un recul des prestations.

Luc Broussy s'insurge contre la stigmatisation du coût des personnes âgées. "Envisagerait-on de demander à la famille d'un malade du cancer qui viendrait à mourir de rembourser les frais engagés pour ses soins ?" interroge Luc Broussy. "Cette stigmatisation des vieux est détestable autant que tout démentellement des principes de  l'Assurance Maladie" poursuit-il.  

"Les sénateurs ne semblent pas connaître le parcours des aidants. Ceux-ci devraient "rembourser la collectivité" au décès de leur parent. Or accompagner pendant de longues années un parent âgé n'est pas aisé. Et devoir financer les services nécessaires à la succession relève de la "double peine", explique Luc Broussy. 


mis à jour le



LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -