Agevillage
  >   Actualités  >     >   Aidants : des solutions pou...

Aidants : des solutions pour aider son proche à prendre ses médicaments correctement


Partager :

L’observance, c’est-à-dire la capacité des patients à respecter les traitements prescrits par les médecins, en durée comme en fréquence de prise et en dosage, constitue un facteur clef de l’amélioration de la santé des personnes malades. En la matière, les Français sont plutôt mauvais élèves : 40 % de nos concitoyens seulement prennent leurs médicaments correctement.

Les personnes âgées ne sont a priori pas moins observantes que les autres. Mais après 65 ans, les traitements sont plus nombreux, les risques de confusion ou de iatrogénie médicamenteuse aussi.

Une mauvaise observance peut entraîner à tout âge des complications médicales et retentir sur la qualité de vie des personnes concernées.

Des conséquences à ne pas négliger : après 70 ans, une hospitalisation sur 10 serait liée à une mauvaise observance.

Conseils pour favoriser l’observance

Les professionnels de santé, médecins, pharmaciens, ont bien évidemment un rôle essentiel à jouer pour favoriser une bonne observance. Mais l’entourage, les aidants qui accompagnent les personnes âgées au quotidien aussi.

Premier levier de l’observance, l’information : si le patient comprend bien sa maladie, l’effet des médicaments, leur utilité, il suivra plus facilement le traitement.

Aussi, n’hésitez pas à poser des questions sur les médicaments prescrits à votre proche, pour pouvoir si nécessaire lui redonner ces informations clefs à votre tour.

Renseignez-vous également sur les modalités de prise, et signalez si besoin les prescriptions faites par d’autres médecins ou spécialistes pour éviter les interactions nocives.

Au quotidien, pour favoriser l’autonomie de votre proche, encouragez-le à gérer son traitement seul. Soyez cependant vigilant : gare aux excès ou aux oublis.

Vous pouvez vous appuyer sur des outils, tenir un carnet de suivi (contenant entre autres les copies des ordonnances, des notices) ou vous servir d’un pilulier pour sécuriser la prise des médicaments.

Des dispositifs grâce auxquels vous pourrez si besoin passer le relais aux aides à domiciles ou autres intervenants.

Un suivi attentif vous permettra aussi de repérer d’éventuels effets secondaires, et de prévenir les situations de rupture en anticipant les renouvellements d’ordonnance suffisamment en amont.

A noter : le code de la santé publique autorise le portage de médicaments à domicile. Renseignez-vous auprès de votre pharmacien.

Les piluliers connectés, une solution d’avenir ?

Robot PilloLe marché des piluliers électroniques commence à se développer. Ces nouveaux venus dans la grande famille des objets connectés pourront-ils favoriser l’observance et limiter les risques associés aux médicaments ?

En rappelant aux personnes âgées ou aux aidants de prendre le traitement (via une sonnerie, un sms ou un appel téléphonique) et en détectant les anomalies dans la prise (ouverture de deux cases par exemple), ils apportent en effet une aide précieuse… mais pas sûr que les personnes âgées fragiles arrivent à prendre en main ces objets technologiques complexes seules.

Se pose aussi la question de la sécurité des données, et celle du prix : certains de ces piluliers, comme Pillo (voir ci-dessous) qui devrait être commercialisé fin 2017, sont vendus plusieurs centaines d’euros.


Sources
  • Etude Crip/IMS Health 2014
  • Pr S. Legrain, Consommation Médicamenteuse chez le Sujet Agé, Consommation, Prescription, Iatrogénie et Observance, HAS, 2005.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -