Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : on vote même sous t...

Edito : on vote même sous tutelle

Entretiens Alzheimer 2017


Partager :

Aux Entretiens Alzheimer la semaine dernière à Paris, les participants, pour la plupart, des familles de personnes malades, ont été surpris d'apprendre que les personnes sous tutelle ne perdaient pas leur droit de vote.
Annie de Vivie
"Oui, les personnes malades Alzheimer peuvent voter, qu'elles vivent chez elles ou en établissement", a réaffirmé le docteur Olivier de Ladoucette, psychiatre, gérontologue et président de la Fondation pour la recherche sur Alzheimer.

L'information sur la réforme des tutelles depuis 10 ans a encore du mal à passer. Les personnes sous tutelle ou curatelle conservent leurs droits civiques, dont le droit de vote, même si dans certains cas, le juge des tutelles supprime ce droit, selon l’avis du médecin consigné dans un certificat médical circonstancié.

L'occasion pour nous de rappeler les moyens pour voter, même quand on ne peut pas se déplacer et aussi de saluer toutes les initiatives citoyennes pour accompagner les personnes à mobilité réduite.

Concernant les personnes malades Alzheimer, je vous invite à retrouver la campagne de France Alzheimer "Tous candidats à la maladie".

L'occasion aussi de faire le zoom vers les réponses des deux candidats de ce deuxième tour de l'élection présidentielle 2017, sur les questions qui nous préoccupent.

Emmanuel Macron mise sur une société inclusive, intergénérationnelle. Il veut revaloriser de 100 €/mois le minimum vieillesse/Aspa et développer la prévention santé (remboursement à terme des prothèses optiques, dentaires et auditives, déploiement d'activités sportives adaptées avec 40 000 étudiants mobilisés). Il va mobiliser cinq milliards d'euros de plan d'investissement sur la Silver économie, le maintien à domicile, l'aide aux aidants (bilan de santé, points retraite, services relais), le parcours résidentiel, les métiers de l'aide (voir sa réponse au Collectif "Une société pour tous les âges"). Le candidat d'En Marche ne s'avance pas sur le financement d'un 5ème risque de protection sociale, que veut créer la candidate du Front National, sans le confier aux assurances privées et sans identifier suffisamment de pistes de financement hormis la lutte contre la fraude, la meilleure gestion du système de protection sociale et le délai de carence pour l’accès aux soins des étrangers en situation régulière.
Voir les prises de parole en images du Dr. Olivier Véran, représentant de M. Macron (mouvement En Marche !) et de M. Thierry Perez, représentant de Mme Le Pen (Front National), pour le Club des experts Objectif InDépendance de l'Adahp Services et l'Ifop.

Allons tous voter ce 7 mai, contre les exclusions, contre les discriminations, pour une société inclusive et solidaire.

Bon vote à tous !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -