Agevillage
  >   Actualités  >     >   Apa à domicile : le plan d'...

Apa à domicile : le plan d'aide décortiqué


Partager :

L’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) à domicile, versée chaque mois, est assortie d’un plan d’aide : la somme versée doit impérativement servir à financer ce plan. Mais en quoi consiste-t-il exactement ? Décryptage.

Lorsqu’une personne âgée en perte d’autonomie dépose une demande d’Apa au Conseil départemental, elle reçoit en retour la visite d’une équipe de professionnels.

Leur but : identifier les besoins du demandeur, de son aidant le cas échéant, et élaborer un plan d’aide pour lui permettre de bien vivre chez lui.

L’allocation versée servira à financer tout ou partie de ce plan, selon les revenus. Il est indispensable de conserver tous les justificatifs de dépenses.

Que peut contenir ce plan d’aide ?


Les solutions offertes sont variées :
  • aide à domicile
  • aides techniques (accessoires pour se déplacer, se nourrir, se laver…)
  • portage de repas
  • téléassistance
  • accueil familial
  • aménagement du logement
  • fournitures d’hygiène
  • chien d’assistance
  • accueil temporaire…

Il peut aussi intégrer, si la situation l’exige, une aide dédiée au répit de l’aidant (à hauteur de 500 euros par an).

En savoir plus sur le droit au répit de l’aidant.

Et dans les faits, que comprennent-ils ?


Essentiellement des aides humaines : plus de 6 plans d’aide sur 10 en sont exclusivement constitués, indique une étude récente.

Les personnes classées en Gir 4 se voient ainsi attribuer 0,7 heure d’aide par jour, et 2,1 heures quotidiennes pour les personnes en Gir 1.

37,1 % des plans d’aide comprennent des aides non-humaines (dont 1,4 % exclusivement). Dans ce cas, il s’agit principalement :
  • de téléalarme (54 %)
  • de fournitures d’hygiène (41 %)
  • de portage de repas (22 %)
  • d’aides ponctuelles, comme la pose de barres d’appui dans la salle de bains (5 %).


Quels sont les facteurs qui influent sur le contenu du plan d’aide ?


En premier lieu, la perte d’autonomie du bénéficiaire : plus elle est élevée, plus le plan d’aide apportera une large palette de solutions, de l’aide humaine associée à des fournitures d’hygiène et du portage de repas par exemple. Associer différents types d'aide semble donc mieux adapté à une perte d'autonomie importante.

Ensuite, l’entourage du demandeur. Les personnes en couples bénéficient moins souvent de téléassistance dans leur plan d’aide que celles qui vivent seules.

L’équipe d’évaluation, qui élabore le plan d’aide, prennent en effet en compte l’entourage de la personne âgée (famille, proches, voisins…) et ses possibilités de soutien pour que le plan d’aide Apa colle le mieux possible aux besoins.

Enfin, quand les plans d’aide sont saturés, qu’ils ont atteint le plafond réglementaire, l’équipe médico-sociale a tendance, à choisir, à privilégier l’aide humaine.

Que faire si le plan d’aide ne convient plus ?


Si la situation de l’allocataire ou de l’aidant évolue, il est tout à fait possible de demander une révision du plan d’aide.

Pour ce faire, il faut contacter les services concernés au Département, ce qui déclenchera une nouvelle visite de l’équipe médico-sociale.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -