Agevillage

Vers qui me tourner pour un litige avec l'Ehpad où vit ma mère ?


Partager :

La question de Gery W.


Je suis en situation de litige avec la maison de retraite où réside ma mère.

Elle a tout d’abord été menacée verbalement d’expulsion, puis nous avons reçu un courrier nous demandant qu’elle soit mise sous tutelle. La direction nous menace même de saisir le juge des tutelles !

Tout cela à cause de factures réglées en retard, l’établissement ayant récemment changé de mode de règlement : depuis son arrivée en 2008, ma mère payait à 60 jours, mais depuis quelques mois le paiement à réception est exigé.

Je cherche un médiateur pour régler au plus vite la situation.

La réponse d’Agevillage


La situation est difficile. En effet, du fait de ce changement de compatibilité, votre mère est en situation de dette. Mais le dialogue semble difficile avec la structure : l’intervention d’un tiers peut être bénéfique.

Les personnes qualifiées, nommées en théorie dans chaque département français, ont pour mission de jouer ce rôle entre un établissement médico-social et un usager.

Elles doivent être saisies par courrier recommandé, adressé à l’agence régionale de santé.

Trouver l’adresse de l’agence régionale de santé
Trouver le nom de la ou des personne(s) qualifiée(s) du département

N’hésitez pas non plus à contacter les associations de familles, par l’intermédiaire de la Fnapaef (Fédération nationale des associations et amis de personnes âgées et de leurs familles).

A noter : ce n’est pas le cas dans votre situation mais la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, dite « loi Hamon », a créé l’obligation pour les entreprises privées de communiquer aux consommateurs « de manière visible et lisible » les coordonnées d’un médiateur compétent.

Dans ce cadre, le Synerpa, syndicat des maisons de retraite privées, s’est associé à l'Association des médiateurs européens (AME).


A lire aussi


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Pascal

17/07/2018 08:07

Défense usagers


Merci à agevillage d'avoir relayé cette personne vers la FNAPAEF. Nous recevons régulièrement des courriers de plaintes de familles que notre équipe soutient, conseil, oriente vers les dispositifs de recours existants dont il faut bien reconnaitre qu'ils ne sont pas toujours efficaces. Parmi les premiers conseils donnés aux familles nous conseillons de tenter le dialogue avec la direction afin de trouver un compromis, une conciliation avant le prononcé d'avis d'expulsion arbitraires, dont personne n'y a intéret y compris l'établissement et son image lorsque la presse s'en mêle (cf affaire de chaville). Cela pourrait tout à fait convenir à cette situation financière délicate dont la cause n'incombe pas au résident et ses proches. La direction a tout intéret à faire un effort de compréhension. Pascal Le Bihanic administrateur FNAPAEF




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -