Agevillage

Edito - Bac philo : aider et vieillir

Réfléchir, disserter et agir


Partager :

En ce jour du bac philo, tournons-nous vers elle pour appréhender ces drôles de réalités que sont le vieillissement, la vieillesse, la situation d'aide, l'autonomie.

Dissertons

Des penseurs de l'Antiquité ont vu dans la vieillesse une libération des passions de la chair, des soucis de la vie active, vers une existence purement spirituelle.

Le stoïcien Epictète invitait à s’exercer à la mort imminente de soi-même et de ses proches pour mieux vivre sa vie.

Montaigne estimait que philosopher c'est aussi « apprendre à mourir ». Et quand le moment arrive, notre rédaction vous invite à mieux connaître les services de soins palliatifs au lendemain du congrès annuel de la SFAP.

Sens de la vie, rapport au temps, à la mort, transmission (voir le documentaire "Un siècle dans leur tête")... Les penseurs, les chercheurs, les philosophes nous poussent à prendre le temps de la réflexion avant l'action effrénée, continue, contre la montre. « Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour lui-même est un esclave » disait Nietzsche.

Et parce que "nous avons l'art pour ne pas mourir de vérité" selon ce même Nietzsche, tournons-nous vers les artistes, la beauté, les approches innovantes que nous célébrons chaque année dans notre colloque annuel Agevillage/Humanitude.

Parce que nous voulons tous vivre et vieillir debout, jusqu'au bout, nous craignons ces maladies neuro-évolutives comme Alzheimer, Parkinson, contre laquelle la recherche fait de nouvelles avancées.


Et agissons

Tout en cultivant notre jardin (Candide de Voltaire), tout en cultivant notre sens critique, regardons ces initiatives qui se déploient comme ce 200ème Café des aidants à la Réunion et une reconnaissance internationale pour ce dispositif de soutien aux aidants.

Partageons ces labels de bientraitance qui inspirent les professionnels, les proches, les élus comme les 1ers labels Humanitude à Lyon et dans le département du Nord.

Réfléchissons à notre prochaine visite à notre proche qui ne nous reconnaît plus... mais continue à chercher le lien, la relation.

Sachons nous faire aider en découvrant les aides sociales destinées aux retraités.

Gardons un corps sain avec 4400 pas recommandés par jour au-delà de 70 ans.

Aménageons nos domiciles pour y rester autant que nous le souhaiterons (voir : "Unapparté" en Isère).

Et boostons ces réalités inspirantes, d'intérêt général comme ces labellisés Humanitude qui nous montrent qu'il est possible de vieillir debout même désorienté, même malade. Cela demande d'être bien informé, bien aidé, bien entouré de solutions professionnelles, labellisées.

Qu'attend-on pour accompagner dignement les plus âgés ? Qu'attend-on pour soulager les proches aidants dont le Collectif Je T'aide lance une pétition #des Droits pour Aider.

Le premier minisitre Edouard Philippe dans l'acte 2 du gouvernement a promis ce 12 juin une loi sur la dépendance d'ici fin 2019 qui "sera un autre grand marqueur social de ce quinquennat, peut-être un des plus importants".


Pour vivre et vieillir debout : u
n beau sujet de bac philo !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -