Agevillage
  >   Actualités  >     >   Quand le théâtre rapproche ...

Quand le théâtre rapproche les ados et les personnes malades

Mais ceux sont des personnes comme nous !


Partager :


A la salle Gaveau à Paris ce 22 juin avait lieu la représentation théâtrale : "Les vacances de la famille Zheimer" interprétée par une troupe de 12 à 97 ans sous la houlette des dramathérapeutes Marie Astier et Emanuela Barbone. De l'obligation de s'écouter pour s'ajuster !





Ce sont des personnes comme nous


Contrairement à ce que l'on nous raconte, les résidents malades Alzheimer sont des personnes comme nous, explique Emma 15 ans, adhérente du Carré des Arts, pôle d’enseignement artistique pluridisciplinaire (musique, beaux arts : peinture et sculpture, danse et théâtre) à La Celle-Saint-Cloud.

Ces résidents aiment jouer, regarder, participer avec nous  aux ateliers théâtre, même si elles ne savent pas bien où elles sont, ni ce qu'elle ont à faire.

"C'est leur envie, leur plaisir qui nous guident", souligne Emanuela Barbone, dramathérapeute. "Après discussion en équipe pluridisciplinaire, nous proposons ces ateliers d'improvisation hebdomadaires à plusieurs résidents de l'Ehpad La Villa d'Epidaure, spécialisée dans leur accueil. Seules les personnes aux troubles auditifs et du comportement sévères auront du mal à participer. Petit à petit, la troupe se constitue et le spectacle prend forme".

S'écouter, s'ajuster, enchaîner

Le spectacle repose sur un canevas, un fil conducteur de scénettes sur le thème d'une famille qui part en vacances, mais l'improvisation est de mise.

"A nous de nous adapter, ce sont les personnes malades qui mènent la danse" explique l'adolescente. "Quand on a prévu de dire "non" et que la résidente ne le dit pas... on enchaine !"

Les mois de répétitions créent des liens, rassurent, mettent en confiance. Les situations de départs en vacances ont déjà été vécues explique Emanuela Barbone. Les personnes désorientées s'y sentent bien et retrouvent des gestes quotidiens : faire une valise, choisir un chapeau...

"Les adolescents apprennent l'importance de l'écoute active, ici et maintenant", souligne Marie Astier. "Ils agissent sans ménagement ni surprotection excessive avec leurs partenaires âgés, au grand dam parfois de personnels soignants qui craignent pour "leur malade". Chaque compétence est mise en valeur : la langue anglaise, maternelle, pour telle résidente, la langue allemande pour une autre. Et la magie de la scène opère, les scènes s'enchaînent avec des dialogues souvent poétiques. On assiste à de très beaux moment théâtralement et humainement".

La mémoire est dans le coeur

Le docteur Olivier de Ladoucette qui intervient dans cet Ehpad La Villa d'Epidaure, est aussi président de la Fondation pour la recherche Alzheimer qui a recueilli des fonds à l'occasion de cette représentation.

Pour ce médecin, ce spectacle montre que la mémoire émotionnelle fonctionne jusqu'au bout. Il cite Madame de Sévigné : "la mémoire est dans le coeur".

"Les ateliers théâtre font partie de la vie de la maison", explique Nabila Houbi, directrice de la Villa d'Epidaure. "Monter un spectacle chaque année est aussi l'occasion pour les proches des personnes accueillies de les découvrir autrement."

Le spectacle nous donne à voir des résidents heureux, souriants, orientés par leurs partenaires de tous âges : adolescents, soignants. Répétition après répétition, on voit que les repères ont rassuré. Les plus âgés se laissent guider, habiller, déguiser de bonne grâce, portés par les regards de leurs partenaires et de la salle.

Une autre image de la vie avec la maladie d'Alzheimer, qui donne de l'espoir à toutes les générations !
Bravo !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -