Agevillage

Où nos aînés sont-ils le plus isolés ?

Une étude des Petits Frères des Pauvres s'interroge sur la place des personnes âgéesau sein des différents territoires


Partager :

Les Petits Frères des Pauvres se sont penchés sur la question de l’influence territoriale sur l’isolement des personnes âgées. L’objectif de l’association est d’analyser la situation des personnes âgées en France afin d’adapter la lutte contre leur isolement aux territoires.


Selon cette étude, l’isolement est ressenti par 4,6 millions de Français de 60 ans. Parmi eux, 3,2 millions peuvent passer des journées entières sans parler à personne.


Zone rurale vs zone urbaine


Une situation d'isolement relationnel qui n’a pas les mêmes causes en fonction de la situation géographique. 

Ainsi, l’étude constate que si la solidarité est plus présente en secteur rural, c’est l’absence de services du quotidien et de moyens de transport qui sont vecteurs d’isolement. 

En milieu urbain, à contrario, la solidarité moins présente est le facteur aggravant principal de l’isolement. 

L’étude montre cependant que le sentiment de solitude n’est pas plus marqué en ville qu’à la campagne. 

Les zones les plus à risque seraient les quartiers prioritaires de la ville (QPV) et les agglomérations de 2 000 à 20 000 habitants.

Géographiquement, c’est en Centre Val-de-Loire que le sentiment de solitude est le plus marqué. Un sentiment affectant 40 % des plus 60 ans vivant dans la région.

Région qui compte compte 52 quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Un ressenti qui est aussi particulièrement prononcé en région Bourgogne Franche-Comté (34 %) et en région Nouvelle-Aquitaine (32 %). 

Face à cette hétérogénéité du sentiment de solitude en France, les Petits Frères des Pauvres préconisent 15 mesures afin d’adapter la lutte contre l’isolement

  • Mieux mesurer de façon officielle l’isolement relationnel
  • Mettre en place un portail qui coordonne, valorise et évalue toutes les actions de lutte contre l’isolement de nos aînés
  • Intégrer dans la nouvelle Agence nationale de cohésion des territoires la lutte contre l’isolement de nos aînés
  • Prioriser rapidement des actions sur les territoires à risque en matière d’isolement des aînés
  • Construire une politique territoriale de proximité de lutte contre l’isolement des aînés
  • Permettre à nos aînés de réinvestir leur territoire
  • Rendre visible l’isolement des personnes âgées avec des actions de sensibilisation du grand public
  • Encourager l’engagement citoyen et les solidarités de proximité
  • Dénoncer la marchandisation du lien social et promouvoir le bénévolat d’accompagnement
  • Favoriser les projets d’habitat intergénérationnel qui impliquent les jeunes et les aînés
  • Favoriser le maintien des services et commerces de proximité
  • Développer le transport à la demande
  • Développer les lieux de convivialité et les commerces itinérants
  • Lutter contre l’exclusion numérique des aînés 
Consulter l'étude des Petits Frères des Pauvres

Une lutte contre l’isolement qui est aussi portée notamment par les équipes citoyennes Monalisa ou la Société de Saint-Vincent-de-Paul. 

Le réseau de charité a récemment dévoilé sa campagne d’appel à nouveaux bénévoles, composée d'une série de spots vidéo qui présentent la pluralité des actions menées. 


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -