Agevillage
  >   Actualités  >     >   Comment choisir un service ...

Comment choisir un service d'aide à domicile ?

Tarifs, modes d'intervention, autorisation, certifications...


Partager :

Pour permettre à une personne âgée de rester vivre chez elle, il est parfois nécessaire de se faire accompagner par des professionnels pour accomplir les gestes du quotidien : cuisine, ménage, aide à la toilette… Mais comment les choisir ?

Emploi direct, service d’aide public ou privé, mode d’intervention mandataire ou prestataire : comment s’y retrouver parmi les milliers de possibilités ?
Quelques pistes pour y voir plus clair.

Des prix (très) disparates

Selon le système choisi, le prix peut fortement varier.

Ainsi, en emploi direct de gré à gré, c’est-à-dire en embauchant soi même un ou une professionnel(le), une heure de travail peut être payée au Smic, ce qui, après avantage fiscal, coûte un peu plus de 8 euros à l’employeur.

Mais en faisant appel à un service prestataire (voir ci-dessous), qui facture les interventions des aides à domicile, il faut compter une vingtaine d’euros, et jusqu’à 27 euros pour certains services, selon une étude menée en 2018.

Choisir d’être employeur…


Mais attention, ces différences de tarifs reflètent des différences de services.

En devenant particulier employeur, en embauchant directement un salarié, vous êtes responsable du recrutement, ainsi que de toutes les formalités administratives. Des tâches que tout le monde n’est pas forcément prêt à assumer.

Si vous faites appel à un service d’aide à domicile, deux modes d’intervention sont possibles.

Si vous choisissez le mode mandataire, vous devenez l’employeur d’un professionnel recruté par le service d’aide à domicile, qui vous accompagnera également pour toute la gestion administrative.

Le coût sera plus élevé qu’en emploi direct : 15 à 16 euros en moyenne par heure.

Ou pas


Si vous choisissez le mode d’intervention prestataire, les professionnel(le)s sont employé(e)s du service d’aide à domicile. Vous règlerez des factures et n’aurez donc pas de gestion administrative à faire.

Un service qui a un coût : autour de 21 euros de l’heure.

Des labels qui émergent


Si vous préférez faire intervenir une aide à domicile par l’intermédiaire d’une structure spécialisée, plusieurs labels et certifications peuvent vous guider dans vos choix.

Le label Qualimandat, lancé en 2015, a pour objectif de certifier la qualité du service apporté en mode mandataire.

La marque NF Service "Services aux personnes à domicile" de l’Afnor et la certification de service Qualicert certifient quant à elles la qualité des prestations délivrée par tout types de services (mandataire ou prestataire).

De même que le label Cap Handeo Services à la personne.

Il existe également des certifications ou labels locaux, à l’instar d’Eloise dans la Loire : n’hésitez pas à vous renseigner au Clic ou autre point info senior de la ville ou du département.

Autorisation indispensable

A noter : pour intervenir auprès d’une personne âgée en perte d’autonomie ou une personne en situation de handicap (publics fragiles), les services à domicile prestataires et mandataires doivent avoir été autorisés par le Conseil départemental. Pour bénéficier d'un taux de TVA réduit et d'exonérations de charges sociales, il est nécessaire de compléter l'agrément ou l'autorisation par une déclaration enregistrée auprès de la Direccte.

Pour connaître la liste des services autorisés, renseignez-vous au Clic (Centre local d'information et coordination) ou au Conseil départemental.

Des enseignes plébiscitées par les Français


Dans son numéro de novembre, le magazine Capital publie les résultats d’un sondage réalisé en ligne auprès de 20 000 personnes. Les Français interrogés ont élu Senior Compagnie (6,95/10), Adhap service (6,90/10) et Vitalliance (6,78/10) leurs enseignes préférées en matière de services à la personne, en raison de l’attention portée à la clientèle, du niveau d’expertise professionnelle et de leur envie de recommander la marque à leurs proches.

Pour aller plus loin
Aide à domicile : quel mode d’intervention choisir ?


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article. (2 en attente)


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -