Agevillage

Habitats inclusifs : les aidants avancent avec Lachpa

Ne rien lâcher pour pouvoir lâcher... quand il le faudra


Partager :

Le réseau "Lachpa" fétait ce 5 novembre sa première année d'accompagnement de projets d'habitats inclusifs (colocations, habitats regroupés) pour des personnes fragilisées, portés par des proches aidants. L'occasion de continuer d'outiller ces citoyens engagés.
Trois questions à Bernadette Paul-Cornu et Jean Ruch de l'association Familles Solidaires, porteur de #Lachpa.

Agevillage : Quels sont les principaux écueils et freins que rencontrent les proches aidants, concepteurs d’habitats inclusifs intégrés dans le programme #lachpa ?
Réponse de Famille Solidaire/Lachpa : Auprès d’un proche fragilisé par l’âge, la maladie ou le handicap, les aidants familiaux sont en première ligne. Désireux de trouver des solutions pérennes, sécurisantes pour leur proche et pour eux-mêmes, ils font face à un avenir incertain et souvent anxiogène.
« Que deviendra mon fils en situation de handicap le jour où je ne serai plus là pour m’occuper de lui ? »; « Que faire le jour où l’évolution de la maladie d’Alzheimer de ma maman aura atteint un stade où elle ne sera plus en mesure des rester seule chez elle ? »
Des questionnements légitimes, avec des perspectives d’avenir se limitant bien souvent au « placement » en institution. Pourtant les aidants rêvent d’un lieu de vie différent, un « chez-soi » dans lequel leur proche dépendant trouverait des réponses à ses besoins d’assistance, de soutien, et donnerait du répit à l’aidant. L’habitat inclusif constitue une alternative aux hébergements proposées dans les structures médico-sociales.
Mais monter un projet d’ habitat inclusif ne s’improvise pas. Lorsqu’on porte un tel projet, il faut de l’endurance et de la compétence dans des domaines variés. La motivation, l’énergie et les valeurs profondes qui animent les aidants sont certes fondamentales, mais demeurent insuffisantes pour voir aboutir un projet de colocation ou d’habitat regroupé réunissant plusieurs habitants fragiles autour d’un projet commun de vie sociale et partagée. Il faut tout apprendre du montage du projet, du modèle juridique, en passant par l’aménagement immobilier jusqu’au montage financier du dispositif. Le programme #LACHPA (à travers son appel à candidature) détecte les projets viables, qui ont du sens et qui répondent à un besoin sociétal sur son territoire.

Agevillage : Quels sont les principaux outils, contenus de formations que #lachpa leur propose ?
Réponse de Famille Solidaire/Lachpa : Le centre d’expertise de Familles Solidaires propose aux 10 lauréats du programme #LACHPA, 5 jours de formation de base, et 20 jours d’accompagnement sur mesure de chaque projet, sur une durée totale de 24 mois.
La toute première rencontre avec le porteur de projet consiste à réaliser un diagnostic, afin de connaitre l’histoire, les valeurs et l’avancement de son projet. Nous définissons avec lui le périmètre de ses besoins sur tous les aspects techniques du montage du projet.
Puis nous organisons une session de formation socle avec tous les lauréats, afin de leur transmettre les connaissances de base de l’habitat inclusif. On aborde l’évolution législative en matière d’habitat inclusif, le cadre juridique, la gouvernance associative, les aspects immobiliers (typologie d’habitat selon les besoins et les usages, aménagements intérieurs, domotique adaptée aux fragilités, le calcul du budget des locataires, la co-construction du projet avec les différents acteurs de l’écosystème (les services à la personnes, le bailleur, les collectivités, les équipes médico-sociales et para-médicales), la recherche de financements...
Ce sont les bases (consolidées sous forme de fiches) sur lesquels les porteurs de projets pourront s’appuyer constamment. Cette période de formation collective crée un véritable réseau d’entraide au sein des « lachpasiens » qui partagent leur pratiques, leurs expériences et se sentent solidairement soutenus. Nous faisons également des webinaires accessibles en replay sur des sujets spécifiques.
Enfin, la réelle valeur ajoutée du programme consiste à accompagner chaque porteur de projet individuellement pour l’aider de façon plus détaillée à faire avancer son projet. Tous les éléments abordés en formation sont approfondis et adaptés à leur écosystème. L’équipe de Familles Solidaires se rend partout en France, et le porteur de projet profite souvent de notre présence pour organiser des rencontres avec les acteurs du territoire (élus, bailleurs, associations locales, financeurs, médias).

Agevillage : La démarche  #lachpa de Familles Solidaires a une année. Quel bilan tirez-vous ? quelles perspectives ?
Réponse de Familles Solidires / #lachpa : Un an après le début de l’accompagnement des 10 projets #LACHPA, 3 colocations sont déjà en fonctionnement pour des jeunes adultes en situation de handicap, et 5 autres colocations verront le jour en 2020 avec une nouvelle construction immobilière avec des bailleurs sociaux du territoire ou des foncières solidaires comme Chenelet ou Familles Solidaires. Un bilan à mi-parcours est plutôt positif pour AG2R LA MONDIALE, financeur du programme sur les 2 premières années. Les sollicitations de nouveaux candidats à l’accompagnement #LACHPA se révèlent de plus en plus nombreuses, et nous nous réjouissons que les dispositifs d’habitats inclusifs se développent partout en France, surtout lorsqu’ils sont portés par des aidants, offrant ainsi une réelle liberté de choix à leurs proches, en matière de mode de vie et mode d’habitat.
 
Plus d’infos sur www.lachpa.fr


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -