Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito - L'âge : une donnée ...

Edito - L'âge : une donnée manipulée et manipulable

Age de départ à la retraite, âge pivot, grand âge...


Partager :

Alors que le mouvement social bat son plein, comment ne pas voir à quel point l'âge est une donnée biologique socialement manipulable et manipulée selon Pierre Bourdieu.

La révolution de la longévité entraîne une transition démographique qui effraie les uns et est une chance pour les autres : la chance de vivre plus longtemps, et en meilleure santé possible.

Cette longévité aura inévitablement un impact sur les équilibres financiers, sur les parcours de vie professionnels, sur l'apprentissage tout au long de la vie... ou non.

Jeune âge, grand âge... on est tous le jeune ou le vieux de quelqu'un. Et si 80% des plus de 80 ans vont bien, on sait que la robustesse doit être travaillée pour reculer l'arrivée de la fragilité.

Age de départ à la retraite, âge pivot... on le voit là-aussi, l'âge fait l'objet d'âpres négociations d'autant que les trajectoires, les parcours de vie, sont individuels et que les écarts d'espérance de vie sont de 13 ans entre les catégories les plus aisées et les plus modestes, rappelle l'Insee.

Les discriminations liées à l'âge sont au coeur des recommandations du rapport de la députée Mme Dufeu Schubert. Cet âgisme est délétère pour les personnes qui avancent en âge comme pour les jeunes générations qui craignent cette avancée en âge. L'âgisme impacte la société qui refuse, consciemment ou non, son vieillissement.

Et tout cela a un coût : un coût social, moral, économique avec des peurs, des tensions, des inadaptations, des non-qualités qui entraînent des médicaments, des soins, des hospitalisations évitables, l'épuisement des proches mais aussi des professionnels de l'aide et des soins...

Et pourtant des pistes existent comme la démarche "Ville Amie des Aînés" de l'OMS, comme ces "Villes aidantes" avec France Alzheimer ou le Label Humanitude pour vieillir debout, jusqu'au bout, même en Ehpad.

Et si notre société s'adaptait vraiment à son vieillissement, en facilitant la vie à tous les âges ? Voir cette semaine le dossier unique d'admission en accueil de jour, en hébergement temporaire, en Ehpad, voir ces services qui aident à orchestrer à distance les aides et services à domicile, ces services qui permettent de se soigner chez soi et éviter l'hôpital, ces astuces pour garder le plaisir de manger jusqu'au bout, lors des fêtes de fin d'année...

Et si l'on regardait cette réalité du vieillissement en face, car les personnes qui avancent en âge sont là, ici et maintenant. Elles prennent la parole pour les activités de leur résidence, elles sont au coeur de concours de courts-métrages, et même les tablettes numériques s'adaptent à elles. Quant à leurs proches aidants, les travaux continuent sur l'impact de leur rémunération, de leur statut.

Et si notre société admettait son vieillissement, sa transition démographique, le fait de vivre presque deux fois plus longtemps qu'au début du 20e siècle ?
Et si elle s'y préparait individuellement, localement, nationalement ?
Et si elle créait un vrai 5eme risque de protection sociale pour financer la compensation des situations de handicap quel que soit l'âge ? Les montants complémentaires nécessaires aux crédits mobilisés aujourd'hui s'élèvent à 10 milliards d'euros selon le rapport Libault remis en mars dernier, vers la loi Grand Age - Autonomie, que le Président de la République avait promise pour 2019...

Ces sommes seraient presque un ajustement dans la négociation actuelle sur la réforme des retraites. Dommage que l'on rate le coche.

Aussi soyons conscients des manipulations possibles autour de l'âge, admettons notre vieillissement et construisons une société pour tous les âges.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -